Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le plongeon de Tokyo se fait sentir en Europe

Marché : Le plongeon de Tokyo se fait sentir en Europe

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les Bourses européennes dévissent lourdement dans le sillage du plongeon de Tokyo cette nuit, qui rappelle aux investisseurs la fragilité de l'envolée des derniers mois de la Bourse nipponne, essentiellement gagée sur l'effondrement du yen.

Milan dégringole ainsi de 2,9%, devant Francfort (-2,8%) et Zurich (-2,7%), tandis que Paris chute de 2,3%, Madrid de 2,2%, Londres, Amsterdam et Lisbonne de 1,9%, et Bruxelles de 1,8%. Wall Street n'avait cédé que 0,5% la veille.

Le Nikkei a terminé sur une chute de 7,3%, soit sa plus forte correction depuis le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima, le 15 mars 2011, chute à l'issue d'une séance durant laquelle l'indice avait pourtant renoué avec des niveaux perdus de vue depuis fin 2007.

'Tous ceux qui se demandent à quoi ressemble une liquidation à grande échelle après pari spéculatif quasi-unanime utiliseront cet évènement comme un modèle du genre', commentent les courtiers d'IG.

Selon les analystes de Nomura, dans toute l'Asie cette nuit, 'les investisseurs se sont livrés à d'assez fortes ventes de titres sur fond d'inquiétudes renouvelées quant à l'économie mondiale, après la publication d'une statistique décevante en Chine'.

En effet, l'indice d'activité manufacturière PMI pour la Chine tel que le calcule HSBC s'est contracté en mai. Il est revenu de 50,4 en avril à 49,6, la barre des 50 séparant l'expansion de la contraction.

Dans la zone euro, l'indice PMI flash composite Markit s'est redressé de 46,9 en avril à 47,7 en mai, un niveau similaire à la moyenne du premier trimestre qui avait vu l'économie de la région se contracter de 0,2%.

'La baisse des taux directeurs de la BCE d'un quart de point ne semble pas avoir été suffisante pour redonner confiance en une reprise prochaine de l'économie', estime Chris Williamson, chief economist à Markit.

Côté valeurs, les titres bancaires prennent de plein fouet la chute de la Bourse de Tokyo, comme Commerzbank (-4,2% à huit euros) et Deutsche Bank (-4% à 35,7 euros) à Francfort, et Société Générale (-4,5% à 30,7 euros) à Paris.

Autres valeurs traditionnellement cycliques, les automobiles figurent aussi parmi les plus fortes baisses, à l'image de Daimler (-4,5% à 47,5 euros), Volkswagen (-3,6% à 166,3 euros) ou encore Renault (-4,6% à 59,2 euros).

SABMiller cède 1,6% à 3480 pence à Londres, à la suite de la publication par le brasseur d'origine sud-africaine de résultats en nette croissance, mais en ligne avec les attentes sur son exercice 2012-2013.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...