Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le plan d'aide à la Grèce entre en action

Marché : Le plan d'aide à la Grèce entre en action

Marché : Le plan d'aide à la Grèce entre en actionMarché : Le plan d'aide à la Grèce entre en action

ATHENES/BERLIN (Reuters) - Le troisième plan d'aide à la Grèce devrait entrer en vigueur ce mercredi avec le déblocage d'une première tranche permettant au pays d'honorer ses dettes les plus urgentes.

Le conseil d'administration du Mécanisme européen de stabilité (MES) tiendra une conférence téléphonique dans la soirée pour approuver ce premier versement, a déclaré un responsable du ministère grec des Finances.

Le MES devrait approuver le versement à la Grèce de 13 milliards d'euros, 10 milliards supplémentaires étant réservés à la recapitalisation des banques.

Athènes a besoin de ces fonds pour effectuer un remboursement de 3,2 milliards d'euros dû jeudi à la Banque centrale européenne.

Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a annoncé mercredi le soutien de son gouvernement au plan d'aide, auquel le Parlement a également donné son feu vert, même si celui-ci était purement consultatif.

Les députés ont néanmoins approuvé par la suite cette motion de soutien. Ils avaient peu auparavant rejeté à une large majorité la motion de censure déposée par l'opposant d'extrême droite Geert Wilders, seuls les élus de son parti ayant voté en sa faveur.

Le feu vert des Pays-Bas était le dernier obstacle au déblocage par le MES d'une première tranche après l'accord donné plus tôt dans la journée par le Bundestag allemand.

L'ALLEMAGNE VEUT LA PARTICIPATION DU FMI

Le plan, d'un montant de 86 milliards d'euros sur trois ans, a été approuvé par 454 voix contre 113 et 18 abstentions par les députés allemands. Soixante-trois élus conservateurs ont voté "non", soit trois de plus que lors du vote blanc de mardi soir.

"Evidemment, avec l'expérience de ces dernières années et de ces derniers mois, il n'y a pas de garantie que tout marchera et le doute est permis. Mais, dans la mesure où le Parlement grec a déjà adopté une grande part des mesures, il serait irresponsable de laisser passer la chance d'un nouveau départ en Grèce", a déclaré avant le vote le ministre allemand des Finances.

Wolfgang Schäuble a répété que la participation du Fonds monétaire international, qui a fait de l'allégement de la dette grecque une condition de son implication, était impérative.

"J'ai bon espoir que nous parviendrons à une évaluation commune de la viabilité de la dette grecque en octobre", a-t-il déclaré, excluant à nouveau toute réduction du montant des dettes d'Athènes.

Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Dijsselbloem, a estimé lui aussi que les gouvernements européens seraient capables de trouver un compromis avec le FMI, sous la forme d'une réduction des taux d'intérêt et d'un allongement des maturités.

En Grèce, le Premier ministre, Alexis Tsipras, n'a encore rien décidé concernant d'éventuelles élections anticipées, malgré la fronde des députés de Syriza hostiles au plan d'aide, a déclaré un membre de son gouvernement.

Le plan, qui impose de nouvelles mesures d'austérité, a été adopté vendredi dernier au Parlement grec avec l'appui de l'opposition alors qu'une partie des députés Syriza votaient contre. Plusieurs membres du gouvernement ont souhaité depuis que Tsipras sollicite à nouveau la confiance des députés.

(Patrick Vignal pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...