Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le pire de la crise de l'euro est passé, selon Schäuble

Marché : Le pire de la crise de l'euro est passé, selon Schäuble

Marché : Le pire de la crise de l'euro est passé, selon SchäubleMarché : Le pire de la crise de l'euro est passé, selon Schäuble

BERLIN (Reuters) - Le pire de la crise de la dette de la zone euro est passé, a déclaré Wolfgang Schäuble, ministre des Finances allemand, dans un entretien que Bild publiera dans son édition de vendredi.

Selon Wolfgang Schäuble, les Etats les plus endettés de la région, au premier chef la Grèce, ont enfin compris que la crise, née il y a plus de trois ans à Athènes, ne pourrait être surmontée que par la mise en oeuvre de douloureuses réformes.

"Je crois que le pire est passé", dit-il, selon des extraits de cet entretien communiqués jeudi par le journal allemand.

"Le gouvernement grec sait qu'il ne peut pas en demander trop financièrement aux autres pays de la zone euro. Athènes met de ce fait résolument en oeuvre les réformes", ajoute Wolfgang Schäuble.

Le ministre des Finances allemand s'est également dit optimiste au sujet de la France, la deuxième puissance économique de la zone euro derrière l'Allemagne, et au sujet des efforts de Paris pour arrêter l'accroissement de la dette.

"Je suis certain que la France remplira ses obligations. Le gouvernement (français) sait très bien que chaque pays doit poursuivre en permanence des réformes pour rester compétitif."

Dans ce même entretien, Wolfgang Schäuble dit également que l'économie allemande connaîtra un rythme de croissance "convenable" en 2013, à la faveur d'exportations vers les pays situés hors de la zone euro.

Il a ajouté que Berlin ne prévoyait pas des mesures d'austérité à l'issue des élections législatives du mois de septembre, démentant ainsi des informations de presse parues le week-end dernier.

"La situation est meilleure que ce que nous pensions grâce, notamment, à des échanges plus soutenus avec les Etats-Unis et l'Asie. De ce fait, l'économie allemande croîtra de manière convenable en 2013", dit Wolfgang Schäuble.

La crise de la dette de la zone euro pèse néanmoins sur la première puissance économique de la région.

L'excédent commercial allemand s'est encore contracté en octobre, revenu à son plus bas niveau en plus de six mois, en raison d'une faible croissance des exportations qui s'explique par une demande atone en provenance de l'Europe.

Bon nombre d'économistes pensent que le gouvernement allemand va revoir à la baisse sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) de 2013 - actuellement à 1% - entre la fin de cette année et le début de la prochaine.

Wolfgang Schäuble ajoute que le gouvernement a l'intention de présenter, d'ici la tenue des élections, un plan prévoyant le retour à l'équilibre budgétaire mais il a "catégoriquement" démenti un article du Spiegel disant qu'Angela Merkel voulait imposer des mesures d'austérité après le scrutin.

Le magazine a évoqué au cours du week-end une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) et une baisse des prestations sociales.

La cote de popularité du gouvernement allemand et d'Angela Merkel a encore progressé pour atteindre un niveau sans précédent depuis leur arrivée au pouvoir il y a trois ans.

Madeline Chambers et Erik Kirschbaum, Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...