Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le Medef salue "l'avènement de la flexisécurité à la française"

Marché : Le Medef salue "l'avènement de la flexisécurité à la française"

Marché : Le Medef salue Marché : Le Medef salue

PARIS (Reuters) - Le vote définitif de la loi sur la sécurisation de l'emploi, qui transpose un accord national (ANI) conclu en janvier entre le patronat et trois syndicats, "marque l'avènement de la flexisécurité à la française", a déclaré mardi le Medef.

Dans un communiqué, Laurence Parisot, la présidente de l'organisation patronale salue "un événement dans l'histoire économique et sociale de notre pays".

Sur le fond, le Medef souligne que le texte donnera aux entreprises des outils pour une "adaptation rapide et sécurisée aux évolutions de leurs carnets de commande et de la conjoncture" tout en renforçant la protection des salariés.

Sur la forme, Laurence Parisot y voit "l'avènement d'une culture du compromis, d'une méthode où la réforme est portée par les partenaires sociaux après des décennies d'une philosophie de l'antagonisme social."

La CFDT, qui a joué un rôle moteur dans la conclusion de cet accord, s'est félicitée pareillement du vote des parlementaires et appelé une mise en œuvre rapide des mesures qu'il comprend.

"Dans un contexte économique et social particulièrement dégradé, le vote de cette loi est aussi une étape importante dans une nouvelle articulation entre démocratie sociale et démocratique politique", a dit le syndicat dans un communiqué signé par Patrick Pierron, son principal négociateur pour l'accord.

Laurence Parisot avait évoqué le sujet mardi matin lors de son point de presse mensuel, se déclarant "convaincue que les partenaires sociaux sont les vrais acteurs possibles de la réforme en France, beaucoup plus que les politiques."

"Ce qui compte, c'est que les politiques permettent ça", a-t-elle ajouté.

Evoquant à cette occasion d'autres textes étudiés par le Parlement, la présidente du Medef a appelé le gouvernement à rejeter "sans ambiguïté" la proposition de loi, déjà votée par le Sénat, sur une amnistie des militants syndicaux auteurs de délits lors de manifestations.

Elle a de même jugé "tout simplement inacceptable" une autre proposition de loi socialiste sur la cession des sites rentables que des entreprises voudraient fermer dans sa version actuelle.

"Si des modifications substantielles n'étaient pas considérées, sérieusement je crois que ce serait un texte qui aurait des conséquences tellement graves qu'il pourrait annihiler très largement des effets positifs attendus de la transposition de l'accord" sur la sécurisation de l'emploi.

Yann Le Guernigou, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...