Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le gouvernement réduit de moitié sa prévision de croissance

Marché : Le gouvernement réduit de moitié sa prévision de croissance

Marché : Le gouvernement réduit de moitié sa prévision de croissanceMarché : Le gouvernement réduit de moitié sa prévision de croissance

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a réduit de moitié sa prévision de croissance jeudi et reconnu qu'il raterait son objectif de baisse du déficit public cette année, en appelant les Européens à ralentir le rythme de redressement des comptes publics.

Dans une tribune publiée par le quotidien Le Monde, le ministre des Finances, Michel Sapin, annonce prévoir une croissance du PIB "de l'ordre de 0,5%" en 2014 contre 1% prévu auparavant. Il ajoute que "rien ne nous permet, à l'heure actuelle, de prévoir pour 2015 une croissance très supérieure à 1%".

En conséquence, "la France n'atteindra pas cette année son objectif en terme de déficit de ses finances publiques, malgré la totale maitrise de nos dépenses", écrit-il. "Le déficit des administrations publiques (...) sera supérieur à 4% du PIB en 2014" contre 3,8% prévu jusqu'alors.

Michel Sapin ne dit pas si la France ne parviendra du coup pas à revenir à la limite européenne de 3% fin 2015 comme elle s'est engagée à le faire après avoir obtenu un délai de deux ans pour le faire.

Dans un entretien au quotidien Les Echos, le numéro un du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, explique quant à lui qu'abandonner cet objectif est "inévitable".

Michel Sapin assure seulement que la France poursuivra à "un rythme approprié la diminution des déficits publics" et il appelle à "réorienter les politiques européennes en adaptant le rythme de la réduction des déficits publics à la situation économique actuelle" de faibles croissance et inflation.

La Banque centrale européenne, dont il salue l'action, doit quant à elle "aller jusqu'au bout de ses possibilités, conformément à son mandat, pour que le risque de déflation disparaisse et que l'euro retrouve un niveau plus favorable à la compétitivité de nos économies", explique-t-il.

(Jean-Baptiste Vey)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...