Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le gouvernement italien valide le budget Renzi pour 2016

Marché : Le gouvernement italien valide le budget Renzi pour 2016

Marché : Le gouvernement italien valide le budget Renzi pour 2016Marché : Le gouvernement italien valide le budget Renzi pour 2016

ROME (Reuters) - Le gouvernement italien a adopté jeudi le budget pour 2016, qui inclut des baisses d'impôts et a été présenté par le président du Conseil, Matteo Renzi, comme porteur de croissance.

Le projet de budget va désormais être transmis au Parlement qui devra l'adopter d'ici la fin de l'année.

Le chef du gouvernement italien s'est engagé à supprimer l'impôt sur les résidences principales et le matériel agricole et industriel, tout en réduisant l'impôt sur les sociétés, des mesures dont le coût est estimé à cinq milliards d'euros au moins, essentiellement du fait de la suppression de la taxe sur le logement.

Le projet vise à maintenir le déficit budgétaire italien à l'intérieur des limites fixées par l'Union européenne, mais il risque de freiner le rythme de réduction des déficits et de la dette publique négocié entre Rome et la Commission.

Matteo Renzi a déclaré à la presse que ce budget permettrait au pays de devenir un pays "plus simple et plus juste".

"Cette année, non seulement les impôts n'augmenteront pas, mais ils vont diminuer", a-t-il dit.

Il devra cependant redoubler d'efforts pour convaincre la Commission européenne. Selon les tenants de l'orthodoxie budgétaire, la reprise de la croissance amorcée en Italie, après trois ans de récession, devrait inciter le gouvernement à privilégier la consolidation budgétaire.

Le projet de budget 2016 ne semble d'ailleurs pas respecter les contraintes fixées au sein de l'Union européenne, que ce soit en ce qui concerne la dette ou le déficit "structurel", ajusté en fonction des fluctuations de la croissance. Au lieu de réduire le déficit structurel de 0,5 point de pourcentage comme prescrit, l'Italie se propose de l'augmenter de 0,4 point.

Comme l'an dernier, lorsque Rome a accepté de réduire de cinq milliards d'euros les dépenses budgétaires, un compromis devrait être trouvé dans les semaines à venir avant que la Commission ne valide le projet de budget.

Le mois dernier, le gouvernement a porté son objectif de déficit 2016 de 1,8% à 2,2% du PIB et très légèrement revu en hausse sa prévision de dette publique, la plus importante de la zone euro après la Grèce, de 130,9% à 131,4% du PIB.

(Antonella Cinelli, Juliette Rouillon, Marc Angrand et Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...