Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le gouvernement australien envisage d'aider Qantas Airways

Marché : Le gouvernement australien envisage d'aider Qantas Airways

Marché : Le gouvernement australien envisage d'aider Qantas AirwaysMarché : Le gouvernement australien envisage d'aider Qantas Airways

SYDNEY (Reuters) - Le gouvernement australien a fait savoir mardi qu'il étudiait différents moyens de venir en aide à Qantas Airways, la compagnie aérienne en difficulté qui selon des informations de presse pourrait supprimer jusqu'à 5.000 emplois et céder des actifs.

Qantas publie ses résultats semestriels jeudi et a d'ores et déjà laissé entendre qu'elle accusera une perte de l'ordre de 300 millions de dollars australiens (197 millions d'euros).

La compagnie promet des "décisions difficiles" pour atteindre ses objectifs - elle compte réduire ses coûts de deux milliards de dollars australiens en trois ans - et convaincre les investisseurs et le gouvernement du sérieux de sa stratégie de redressement.

Elle n'a pas commenté toutefois des informations de la presse australienne selon lesquelles elle supprimerait entre 3.000 et 5.000 postes et envisagerait de vendre son terminal à l'aéroport de Melbourne.

Qantas demande une assistance gouvernementale, par exemple sous la forme de garanties publiques sur ses prêts, pour avoir accès à des financements plus avantageux alors que sa principale concurrente Virgin Australia est mieux armée grâce au soutien de ses actionnaires étrangers Etihad, Singapore Airlines et Air New Zealand.

Il est dans l'intérêt de l'Australie que Quatas "survive et prospère" en tant qu'employeur de premier plan, a déclaré mardi le Premier ministre Tony Abbott. "Ce gouvernement fera ce qu'il peut pour assurer que le terrain de jeu est le même pour tous", a-t-il ajouté au Parlement, tout en notant que la compagnie devait aussi "faire le ménage chez elle."

Le ministre des Transports Warren Truss est favorable à une révision de la loi dite Qantas Sales Act qui limite à 49% les participations étrangères dans le capital du transporteur, mais l'opposition travailliste et les Verts s'y opposent.

(Jane Wardell, Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...