Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le G20 ne sera pas aussi explicite que le G7

Marché : Le G20 ne sera pas aussi explicite que le G7

Marché : Le G20 ne sera pas aussi explicite que le G7Marché : Le G20 ne sera pas aussi explicite que le G7

MOSCOU (Reuters) - Le projet de communiqué de la réunion du G20 à Moscou ne reprend pas les termes du dernier communiqué du G7 soulignant que les politiques budgétaires et monétaires ne doivent servir que des objectifs nationaux, a déclaré vendredi un délégué du Groupe.

Le texte devrait se contenter de répéter le discours antérieur du G20 sur la nécessité d'éviter une volatilité excessive des marchés de change et de ne pas s'engager dans des dévaluations compétitives, a dit ce délégué.

Les ministres des Finances et banquiers centraux du G20 réunis vendredi et samedi dans la capitale russe ont l'intention de réaffirmer leur engagement à élaborer des politiques budgétaires à moyen terme crédibles mais ils devraient aussi admettre la nécessité pour certains pays de prendre en compte les contraintes économiques à court terme, a-t-il expliqué.

"Tout le monde y a souscrit", a-t-il dit.

Les principaux passages du projet de communiqué, rédigés au terme de plusieurs heures de discussions vendredi, ne mentionnent pas directement des objectifs budgétaires, une omission à relier aux pressions exercées en ce sens par les Etats-Unis.

Ils ne reprennent pas non plus les termes employés mardi dans le communiqué du G7 sur l'engagement des Etats membres à ne pas établir de "cibles" en matière de taux de change.

Le communiqué publié par le Groupe des Sept (Etats-Unis, Japon, Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie et Canada), censé affirmer une position commune, a en fait ajouté aux troubles sur les marchés des changes, certains responsables se démarquant, sous couvert de l'anonymat, des positions qu'il exposait.

VIVES DISCUSSIONS SUR LES DÉFICITS

Le Japon, critiqué ces derniers mois pour sa politique budgétaire et monétaire ultra-accommodante, qui a eu pour effet une baisse de près de 20% du yen depuis novembre, a pour sa part jugé que le communiqué du G7 validait ses choix.

Tokyo n'a pas été stigmatisé lors des discussions de Moscou, a assuré le délégué du G20 vendredi. "Personne n'a montré le Japon du doigt. Sincèrement, c'est un peu surprenant", a-t-il dit.

Concernant les déficits publics, certains participants ont estimé que le rythme de la consolidation budgétaire avait été trop élevé jusqu'à présent, alors que l'Allemagne, la Commission européenne et la Banque centrale européenne (BCE) critiquaient la lenteur des progrès, source d'incertitude à leurs yeux.

"Certains craignent au sein du G20, et pas seulement les Américains, que se fixer un objectif (...) qui impliquerait une consolidation (budgétaire) très importante sur une très longue période revienne à dire au monde entier qu'on va imposer un frein budgétaire", a expliqué le délégué.

"C'est n'est pas le bon message à adresser au moment où l'on s'inquiète pour la croissance à court terme."

"Les Allemands sont de l'avis opposé, à savoir que plus on est crédible, plus on est ambitieux pour le moyen terme et plus les gens se sentent à l'aise, donc plus ils dépensent."

Les discussions ont été particulièrement vives sur l'éventuelle mention du mot "objectif" dans le passage du projet de communiqué touchant aux politiques budgétaires, mais les Américains l'ont emporté en obtenant que ce terme ne figure pas dans le texte.

Marc Angrand pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...