Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le dollar se reprend face à l'euro

Marché : Le dollar se reprend face à l'euro

tradingsat

(CercleFinance.com) - La monnaie unique européenne repartait vers le bas mercredi midi sur le marché des changes. La perspective de la nomination à la tête de la Fed de Janet Yellet, l'actuelle vice-présidente réputée “colombe”, qui semble imminente, semble inciter à la détente alors que l'impasse budgétaire demeure aux Etats-Unis. Ce midi, l'euro cède ainsi 0,46% à 1,3510 dollar, soit près d'un centime de moins que le point haut de mi-séance atteint cette nuit.

Stable contre le yen à 131,05 yens, l'euro prend en revanche 0,35% à 0,8466 ainsi que 0,23% contre le franc suisse à 1,2298.

Certes, les marchés financiers semblent s'inquiéter davantage du risque que représente, au delà du débat budgétaire américain, l'absence de relèvement du plafond de la dette fédérale à la 'date limite' du 17 octobre, à savoir l'impensable : un défaut de paiement des Etats-Unis sur les prochaines échéances de leur dette.

Ainsi, l'indice VIX qui mesure la volatilité des options sur les actions américaines de l'indice S&P 500, dit 'l'indice de la peur', est reparti vers la barre des 20 points, qui n'avait plus été touchée depuis la fin du mois de juin.

Sur les marchés monétaires, la tension a été plus brutale encore avec l'envolée jusqu'à 0,3% des rendements des notes de trésorerie fédérale à un mois, dit T-Bills. Du jamais vu depuis 2008.

'L'émission de 30 milliards de dollars de T-Bills à un mois s'est faite à un taux de 0,35%, contre 0,12% la semaine dernière, et le ratio de demande sur offre est tombé à 2,75 seulement (ratio au plus bas depuis mars 2009)', explique Aurel BGC, ce qui donne la mesure de la poussée de fièvre des opérateurs.

Du côté du débat budgétaire, si le président Barack Obama s'est entretenu au téléphone avec John Boehner, patron des représentants à la Chambre des représentants. Mais il n'en est rien ressorti de neuf, apparemment. Le président n'a pas fermé la porte des négociations, mais a maintenu le préalable d'un relèvement du plafond de la dette. La situation semble donc toujours bloquée.

A ce propos, “nous comprenons mieux l'attitude de la Fed qui a maintenu inchangé son programme de rachat d'actifs en anticipant un blocage politique autour du plafond de la dette et du budget qui pourrait avoir une incidence directe sur l'économie réelle dès le quatrième trimestre”, indiquent les spécialistes de Barclays Bourse.

Par ailleurs, le règne de Ben Bernanke à la Fed devrait prendre fin. C'est finalement Janet Yellen, l'une des favorites et déjà vice-présidente de la banque centrale américaine, qui devrait être nommée par Barack Obama.

La confirmation de cette nomination, dont la date d'effet serait le 1er février 2014, ne devrait pas poser de difficulté au Congrès. La réputation de “colombe” de Mme Yellen laisse augurer d'une poursuite de la politique accommodante de la par de la Fed, notamment en matière de réduction des rachats d'actifs des QE.

En outre, en l'absence d'indicateurs économiques majeurs pour cause de shutdown, sans oublier les conséquences négatives de ce dernier pour la croissance, la Fed aura vraisemblablement tendance à reporter la date des premières réductions de QE.

Les indicateurs économiques seront probablement rares cet après-midi aux Etats-Unis. Notons que l'état des stocks de pétrole fourni par l'EIA avait été l'un des rares chiffres à avoir été publié la semaine passée.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...