Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Le brut américain subit sa plus longue baisse depuis 1986

Marché : Le brut américain subit sa plus longue baisse depuis 1986

Marché : Le brut américain subit sa plus longue baisse depuis 1986Marché : Le brut américain subit sa plus longue baisse depuis 1986

LONDRES (Reuters) - Les cours du pétrole sont repartis à la baisse vendredi, sous le coup, à l'instar des marchés actions, d'un nouvel indicateur suggérant un ralentissement économique plus marqué que prévu en Chine, et le brut léger américain (WTI) semble bien parti pour accuser sa longue série de replis hebdomadaires depuis 1986.

Selon une enquête menée auprès des directeurs d'achats, le vaste secteur manufacturier chinois s'est contracté en août à un rythme jamais vu depuis près de six ans et demi. Or la Chine est le deuxième consommateur mondial de brut.,

Vers 12h35 GMT, le WTI cédait près de 1%,à 40,91 dollars le baril, évoluant non loin du point bas de six ans et demi touché en début de semaine. Le Brent perdait pour sa part 1,3% à 46,01 dollars.

A moins d'un retournement brutal des cours, le WTI est en passe de subir sa huitième semaine de baisse d'affilée, ce qui n'était plus arrivé depuis le début de 1986.

Fin 1985, les cours du brut étaient passés en cinq mois de 30 dollars le baril à 10 dollars à la suite de la décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) d'augmenter sa production pour regagner ses parts de marché.

Fin juillet, Bob Dudley, le directeur général de la "major" britannique BP a déclaré que les tendances à l'oeuvre avaient "un parfum de 1986".

La chute des cours du pétrole s'explique essentiellement par le déséquilibre entre une offre abondante et une demande atone.

Cette offre abondante résulte de la conjonction entre le boom du pétrole et du gaz de schiste en Amérique du Nord et la décision de l'Opep, réaffirmée début juin, de ne pas baisser sa production.

Le Brent devrait de son côté accuser un septième repli hebdomadaire en huit semaines.

"La seule bonne nouvelle à l'horizon vient des Etats-Unis, où le taux d'utilisation des capacités de raffinage reste élevé alors que la production de brut continue de baisser", note Philip Futures, une société basée à Singapour, dans une note à ses clients.

Certains fonds d'investissement continuent d'investir dans les entreprises d'exploration et de production aux Etats-Unis en misant sur une forte diminution de la production au cours des 12 prochains mois qui ouvrirait la voie à un rebond des cours vers 65 à 70 dollars le baril.

(Christopher Johnson et Jacob Gronholt-Pedersen; Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Angrand)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...