Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La Grèce a dégagé un excédent primaire de 0,8% en 2013

Marché : La Grèce a dégagé un excédent primaire de 0,8% en 2013

Marché : Le déficit budgétaire de la Grèce à 2,1% du PIB en 2013Marché : Le déficit budgétaire de la Grèce à 2,1% du PIB en 2013

BRUXELLES (Reuters) - La Grèce a dégagé en 2013 un excédent budgétaire primaire de 0,8% du produit intérieur brut (PIB), a annoncé mercredi la Commission européenne, un résultat qui ouvre la voie à un nouvel allégement du fardeau de la dette d'Athènes par ses partenaires de la zone euro, désormais ses principaux créanciers.

La dette publique grecque a bondi à 175,1% du PIB en 2013 contre 157,2% en 2012, une hausse qui s'explique pour l'essentiel par des emprunts à la zone euro.

Pour permettre de la contenir, les ministres des Finances de la zone euro avaient décidé en novembre 2012 qu'ils envisageraient de nouvelles aides si la Grèce parvenait à dégager un excédent primaire annuel, une condition désormais remplie, et à mettre en oeuvre l'intégralité des réformes convenues avec ses bailleurs de fonds internationaux.

De telles mesures pourraient inclure une réduction des taux d'intérêt des prêts accordés à Athènes et/ou un report des échéances de ces prêts.

Les ministres de la zone euro débattront d'un éventuel allégement du fardeau de la dette au second semestre de cette année, a précisé la Commission.

Le plan d'aide accordé à la Grèce par l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) prévoit que le ratio dette/PIB soit ramené à 175% en 2016, 124% en 2020 et nettement en dessous de 110% en 2022.

Eurostat a par ailleurs annoncé qu'Athènes avait ramené son déficit budgétaire, hors dépenses exceptionnelles de soutien à son secteur bancaire, à 2,1% du produit intérieur brut (PIB) contre 6,2% en 2012.

En incluant l'ensemble des dépenses publiques, le déficit grec a atteint 12,7% du PIB l'an dernier après 8,9% l'année précédente.

Mais le chiffre 2012 inclut des dépenses équivalant à 2,7% du PIB pour soutenir le secteur financier et en 2013, la recapitalisation des banques a représenté 10,6% du PIB, a-t-il dit.

(Jan Strupczewski, Marc Angrand pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...