Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La France, numéro 2 de l'investissement étranger en Europe

Marché : La France, numéro 2 de l'investissement étranger en Europe

tradingsat

PARIS (Reuters) - La France arrive en deuxième position, derrière la Grande-Bretagne, du baromètre d'Ernst & Young sur les investissements directs étrangers en Europe au premier semestre 2012.

L'Allemagne a quant à elle été dépassée par l'Espagne, qui prend la troisième place, ce qui pourrait n'être que temporaire, lit-on dans cette étude publiée en plein débat sur la nécessité d'accroître la compétitivité de l'économie française.

Plus de 1.500 décisions d'investissements directs étrangers ont été prises en Europe au premier semestre, soit une hausse de 6,3% par rapport aux six premiers mois de 2011. Les créations d'emplois découlant de ces investissements ont atteint 78.299.

"Les investisseurs semblent désormais considérer l'incertitude et la volatilité comme 'la nouvelle normalité' dans les pays et industries d'Europe", déclare Marc Lhermitte, auteur de l'étude, dans un communiqué publié mardi.

"Les difficultés économiques observées dans la région sont compensées par les excellents fondamentaux de l'Europe, notamment la très forte concentration de consommateurs ayant un pouvoir d'achat élevé, une variété des compétences qui est un gage de productivité, un climat d'innovation unique et des infrastructures haut de gamme", poursuit-il.

Selon cette étude, le secteur des services et celui des logiciels restent les deux plus gros moteurs pour les investissements directs étrangers, attirant 29,4% des décisions d'investissement au premier semestre.

Les secteurs industriels comme l'automobile, la production de machines, l'industrie chimique et les biens de consommation demeurent cependant d'importants créateurs d'emplois.

Les Etats-Unis restent les investisseurs externes les plus importants avec 32,5% du total des investissements effectués en Europe, principalement dans les secteurs des logiciels et des services aux entreprises, poursuit Ernst & Young.

Jean-Baptiste Vey, édité par Sophie Louet

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...