Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La déprime de l'économie russe se confirme

Marché : La déprime de l'économie russe se confirme

Marché : La déprime de l'économie russe se confirmeMarché : La déprime de l'économie russe se confirme

MOSCOU (Reuters) - Des ventes au détail au chômage en passant par les salaires réels, plusieurs indicateurs économiques russes importants se sont nettement dégradés en février, confirmant le scénario d'une contraction rapide de l'activité, montrent des statistiques publiées jeudi.

Les économistes s'attendaient à de mauvais chiffres en raison des sanctions occidentales et de la chute des prix du pétrole mais les données publiées sont encore pires qu'attendu.

Les ventes au détail ont reculé de 7,7% le mois dernier par rapport à février 2014 et les salaires réels ont plongé de 9,9%, ce qui montre que l'inflation élevée sape le pouvoir d'achat des consommateurs.

"La baisse des ventes au détail est peut-être un peu plus forte (qu'attendu) mais globalement, tout allait déjà dans le sens d'une baisse à deux chiffres des salaires réels et de la consommation à un moment ou à un autre. Cela se passe simplement un peu plus vite que certains ne s'y attendaient", a commenté Vladimir Kolitchev, chef économiste de VTB Capital.

"Le problème, c'est que la demande intérieure s'effondre à cause de l'impact de la dépréciation du rouble sur la demande des consommateurs. Cela restera le cas au moins jusqu'à la fin de l'année", a-t-il ajouté.

Les investissements des entreprises russes ont quant à eux diminué de 6,5% sur un an en février et le taux de chômage a atteint 5,8% contre 5,5% en janvier.

Ces indicateurs suggèrent une forte contraction du produit intérieur brut (PIB) en 2015. Le gouvernement prévoit pour l'instant une baisse de 3% mais des analystes indépendants s'attendent à un recul bien plus marqué.

L'inflation, elle, évolue actuellement à son rythme le plus élevé depuis treize ans, à 16,7%.

La banque centrale a abaissé la semaine dernière son taux directeur pour la deuxième fois depuis le début de l'année, à 14%, laissant ainsi entendre qu'elle faisait passer le soutien à l'activité avant la lutte contre l'inflation.

(Jason Bush et Lidia Kelly, Marc Angrand pour le service français édité par Patrick Vignal)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...