Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La consommation des ménages dope la croissance allemande

Marché : La consommation des ménages dope la croissance allemande

Marché : La croissance allemande confirmée à 0,7% au 1er trimestreMarché : La croissance allemande confirmée à 0,7% au 1er trimestre

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - L'économie allemande a enregistré sur les trois premiers mois de l'année sa plus forte croissance trimestrielle depuis deux ans, grâce notamment une consommation des ménages soutenue et à une hausse des investissements dans le domaine de la construction.

Le produit intérieur brut (PIB) de la première économie d'Europe a progressé de 0,7% de janvier à mars, montrent les données publiés mardi par Destatis, l'office fédéral de la statistique, qui confirment une première estimation.

Sur un an, le PIB de l'Allemagne a augmenté de 1,3%.

Les dépenses des ménages, encouragées par les taux d'intérêt extrêmement bas, et les dépenses de l'Etat, notamment pour faire face à l'afflux de migrants, ont plus que compensé l'effet négatif du commerce extérieur.

"Le calcul des consommateurs est assez simple : s'il n'y a pas de taux d'intérêt sur le compte en banque, autant remplir le filet à provisions", explique l'économiste Thomas Gitzel (VP Bank).

La consommation des ménages et les investissements dans la construction ont chacun contribué à hauteur de 0,2 point de pourcentage à la croissance du premier trimestre.

LES MIGRANTS STIMULENT LA CROISSANCE

Les dépenses de l'Etat ont apporté 0,1 point de pourcentage, Berlin ayant notamment consacré d'importantes sommes au logement et à l'intégration des migrants arrivés en masse dans le pays.

Le gouvernement allemand compte dépenser 16 milliards d'euros au total cette année sur ce dossier des migrants, une somme qui pourrait avoir atteint 93,6 milliards au total d'ici à 2020, le tout en maintenant le budget à l'équilibre.

"Les dépenses de l'Etat sur les migrants stimulent la consommation des ménages par le biais du versement des aides sociales", fait valoir l'économiste Stefan Kipar (BayernLB). "Elle donne aussi un coup de pouce au secteur de la construction parce qu'il faut construire plus d'abris pour les migrants."

Le commerce extérieur a eu un impact négatif de 0,1 point de pourcentage, les exportations ayant moins augmenté que les importations en raison du ralentissement économique à l'oeuvre dans des pays émergents tels que la Chine.

Sur l'ensemble de cette année, le gouvernement prévoit une croissance de 1,7%, comme l'an dernier.

La Fédération des chambres de commerce et d'industrie allemande (DIHK) a pour sa part revu à la hausse sa propre prévision de croissance 2016, à +1,5% contre +1,3% précédemment.

Son directeur général, Martin Wansleben, explique que la croissance devrait être soutenue par la construction, la consommation et les dépenses sur les migrants, les entreprises bénéficiant par ailleurs du bas coût du pétrole et du crédit.

(Benoit Van Overstraeten et Patrick Vignal pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...