Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La chute du pétrole sabre les profits des pétroliers américains

Marché : La chute du pétrole sabre les profits des pétroliers américains

Marché : La chute du pétrole sabre les profits des pétroliers américainsMarché : La chute du pétrole sabre les profits des pétroliers américains

par Ernest Scheyder et Anna Driver

(Reuters) - Des cours du brut très affaiblis ont sensiblement grevé les profits d'Exxon Mobil et de Chevron, obligeant les deux pétroliers à revoir leurs plans pour s'adapter à un pétrole devenu relativement bon marché, une nouvelle ère qui, de l'avis de beaucoup, est appelée à durer.

Les bénéfices d'Exxon et de Chevron, qui figurent parmi les premiers pétroliers mondiaux, ont en outre raté le consensus, laissant penser que leurs patrons n'ont peut-être pas réagi assez vite pour amortir l'impact d'une chute des cours de plus de 50% depuis l'été dernier.

Le bénéfice d'Exxon s'est réduit de plus de moitié et ce sont surtout la prospection et la production qui ont subi le choc, avec un résultat réduit de près de six milliards de dollars. Le bénéfice de Chevron est tombé en chute libre, avec une réduction de 90%. Quant à sa division prospection et production elle a subi une perte de 2,22 milliards de dollars.

Ces résultats montrent autre chose: les sociétés spécialisées dans le schiste, à la structure moins lourde, ont réduit leurs coûts beaucoup plus et beaucoup plus vite que les "majors". Certains producteurs ont ainsi réduit les forages d'au moins 60%.

Les actions des deux groupes étaient en baisse de 4,6% environ en fin de matinée à Wall Street.

Même si Chevron et Exxon ont augmenté leur production, elle reste inférieure aux prévisions de beaucoup d'analystes. Néanmoins, ils ont pu compter sur leur activité de raffinage, qui tend à être bien plus rentable lorsque les cours sont bas, et ils affirment qu'ils pourront surmonter cette période creuse et même en émerger plus forts.

"Je pense que, d'une manière générale, le secteur insiste sur la réduction des coûts", dit Brian Youngberg, analyste d'Edward Jones. "Je pense qu'on réalise que les temps d'un baril à 100 dollars sont révolus".

Chevron a annoncé mardi qu'il allait supprimer 1.500 postes, ce qui représente environ 2% de ses effectifs.

(Wilfrid Exbrayat pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...