Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La Chine devrait limiter les dégâts en 2016 (Amundi)

Marché : La Chine devrait limiter les dégâts en 2016 (Amundi)

tradingsat

(CercleFinance.com) - Amundi a au cours de sa conférence de presse dédiée à ses convictions pour 2016 annoncé prévoir une croissance mondiale de l'ordre de 3%, soit un niveau analogue à celui enregistré cette année et depuis le début de la décennie.

Alors que la croissance dans les pays développés a légèrement accéléré, tandis que celle des pays émergents a a contrario sensiblement ralenti, le gérant a attribué l'atonie relative de la croissance mondiale actuelle à des facteurs à la fois structurels ('ralentissement de la croissance potentielle mondiale, ralentissement du commerce mondial') et conjoncturels, parmi lesquels la crise de surcapacité en Chine et la récession dans certains grands pays comme l'Inde et le Brésil.

En filigranes de ce découplage entre émergents et pays avancés, Amundi décèle une composante domestique du cycle économique de plus en plus importante et qui est notamment visible en Chine, objet de très vives inquiétudes à la fin de l'été sur les marchés actions occidentaux. Alors que le yuan a été dévalué à plusieurs reprises dans un espace temps limité, pendant que la Bourse de Shangai décrochait, le ralentissement de la deuxième économie mondiale, laquelle ne fonde plus son développement sur les seules exportations et mise davantage aujourd'hui sur les services, et plus largement sur la demande intérieure, le gestionnaire d'actifs rappelle toutefois à juste titre que les autorités sont parvenues à éviter un 'hard landing'.

Désormais plus faible - un phénomène qui est amené à perdurer -, sa croissance n'en demeure pas moins 'le lot de tout pays qui se développe', fait aussi valoir Amundi, qui évoque 'un changement de modèle salutaire', en particulier parce qu'il est moins tributaire du yuan.

Au bout du compte, le gérant évalue à 20% seulement l'hypothèse d'un atterrissage brutal de l'économie chinoise et juge les difficultés actuelles de l'Empire du Milieu moins importantes que lors des précédents épisodes de stress sur les pays émergents. De son point de vue, la question n'est en effet pas ou plus de savoir si la croissance future et potentielle seront plus faibles - c'est un fait avéré -, mais plutôt de déterminer si cette croissance ne va pas rapidement (et nettement) passer en dessous de sa croissance potentielle.

Or, Pékin, par-delà de récents couacs de communication indiscutables, a jusqu'ici fait étalage de sa capacité à juguler les effets négatifs d'une conjoncture défavorable.

(G.D.)


Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...