Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La Bundesbank les critiques grecques sur la BCE

Marché : La Bundesbank les critiques grecques sur la BCE

Marché : La Bundesbank les critiques grecques sur la BCEMarché : La Bundesbank les critiques grecques sur la BCE

par Paul Carrel et Maria Sheahan

FRANCFORT (Reuters) - Jens Weidmann, le président de la Bundesbank allemande, a appelé jeudi les gouvernements de la zone euro à prendre leurs responsabilités en décidant s'ils souhaitent ou non couvrir les besoins de financement de la Grèce, jugeant que cette décision relevait "moins que jamais" des banques centrales.

Rejetant les critiques formulées la veille par le ministre grec des Finances sur la Banque centrale européenne, le président de la Buba a jugé que la Grèce avait perdu une bonne partie de la confiance qu'on lui accordait et qu'il ne voyait pas le pays regagner l'accès au marché des capitaux d'ici le début du second semestre.

La BCE mène une politique "asphyxiante" à l'égard de la Grèce dans le but de contraindre son gouvernement et ses créanciers à parvenir à un accord sur sa dette, a déclaré jeudi Yanis Varoufakis.

"Ce n'est pas à cause de la BCE que le gouvernement grec n'a pas accès aux marchés", a dit Jens Weidmann en réponse à une question de Reuters, lors de la présentation des résultats annuels de la Buba.

Le ministre des Finances allemand Wolfgang Schäuble avait auparavant déclaré à Reuters que c'était "absurde" de laisser entendre qu'il avait insulté Yanis Varoufakis en utilisant le terme de "bêtement naïf".

LE SORT DE LA GRÈCE AUX MAINS DES POLITIQUES

Pour Jens Weidmann, il appartient aux gouvernements et aux parlements de la zone euro de décider d'une éventuelle aide supplémentaire à Athènes.

"Cette tâche relève encore moins que par le passé de l'Eurosystème (des banques centrales)", a-t-il dit.

Une des options examinées par le gouvernement grec pour se financer est que la BCE relève le plafond des émissions de bons du Trésor.

Mais pour Jens Weidmann, qui siège au Conseil des gouverneurs de la BCE, les banques centrales de la zone euro doivent veiller à ne pas dégrader leur situation de liquidité en achetant de la dette grecque pour laquelle, a-t-il souligné, il n'existe encore aucun marché.

Il a ajouté que l'amélioration de la conjoncture économique en Allemagne ne devait pas conduire à ignorer les risques actuels, qu'ils soient d'ordre géopolitique ou démographique.

"La complaisance en matière de politique économique n'a pas sa place en Allemagne", a-t-il dit.

Jens Weidmann a estimé que l'économie allemande devrait croître "quelque peu" au-delà de son niveau normal d'utilisation des capacités cette année, et peut-être plus encore en 2016.

"L'économie allemande est très robuste", a-t-il dit, ce qui devrait conduire la Bundesbank à réviser à la hausse sa prévision de croissance à environ 1,5% cette année. En décembre, la banque centrale allemande tablait sur une hausse du produit intérieur brut de 1,0% en 2015.

Selon Jens Weidmann, l'Allemagne reste cependant confrontée à des défis économiques, notamment en termes de démographie.

"Les perspectives démographiques défavorables vont peser lourdement sur l'économie allemande à moyen terme", a-t-il dit.

La Bundesbank publiait par ailleurs ce jeudi ses résultats annuels qui ont été pénalisés par les faibles taux de la BCE.

La banque centrale allemande a vu son bénéfice net revenir à 2,95 milliards d'euros l'an dernier, contre 4,59 milliards en 2013, en raison de la diminution de ses revenus d'intérêts. La totalité de ses profits ont été reversés au Trésor. Elle s'attend à un recul de ses résultats cette année.

(Marc Angrand et Claude Chendjou pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...