Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : La Bolivie nationalise une filiale locale d'Abertis

Marché : La Bolivie nationalise une filiale locale d'Abertis

tradingsat

par Carlos Quiroga

LA PAZ (Reuters) - La Bolivie va nationaliser une filiale locale du groupe espagnol Abertis qui gère les trois principaux aéroports du pays, a annoncé lundi le président Evo Morales.

"Je veux que le peuple bolivien sache", a déclaré Evo Morales dans une allocution télévisée, accusant l'entreprise Sabsa d'avoir réalisé "un profit exorbitant à partir d'un investissement dérisoire".

"Pour cela et d'autres raisons, nous avons été obligés de prendre cette décision. Nous aurions pu le faire il y a quelques années déjà mais nous avons patienté à cause de nos relations diplomatiques avec certains pays."

La Bolivie a pris le contrôle de certaines firmes énergétiques l'an dernier, dépendant notamment des groupes espagnols Red Electrica et Iberdrola.

Un porte-parole d'Abertis à Madrid s'est refusé à commenter cette nationalisation, qui concerne la gestion des trois aéroports internationaux de Cochabamba, La Paz et Santa Cruz.

Le mois dernier, lors d'un sommet des dirigeants européens et latino-américains au Chili, le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy avait exhorté les gouvernements d'Amérique du Sud à respecter les investissements espagnols dans leurs pays.

"Il est évident que ce genre de décision, une expropriation qui court-circuite les procédures habituelles et ne respecte pas le principe de compensation (...), aura des conséquences au niveau des relations bilatérales", a déclaré le ministre espagnol des Affaires étrangères José Manuel Garcia-Margallo, à des journalistes à Madrid.

COMPENSATION

Evo Morales, proche du président vénézuélien Hugo Chavez, a été élu sur la promesse d'une redistribution des richesses dans le pays le plus pauvre d'Amérique latine.

L'une de ses premières mesures a été de nationaliser le secteur de l'énergie, principal pourvoyeur de devises du pays. L'Etat a aussi pris le contrôle d'un opérateur de télécommunications et d'entreprises minières.

Bon nombre de ces entreprises, dont Sabsa, avaient été privatisées dans les années 1990.

Sabsa - acronyme de Services des aéroports boliviens S.A. - avait obtenu en 1997 la concession pour la gestion des trois aéroports. Elle a été acquise en 2004 par Abertis, groupe espagnol spécialisé dans les infrastructures et les services aux collectivités.

Evo Morales a précisé qu'un audit indépendant serait mené pour déterminer le niveau de compensation d'Abertis. Quel qu'il soit, le niveau de l'endettement en sera déduit.

Il a ajouté que le gouvernement avait vainement négocié pendant des mois un nouveau programme d'investissements de Sabsa qui aurait porté sur environ 56 millions de dollars (42 millions d'euros).

Le 6 février, le ministre bolivien des Travaux publics avait indiqué que Sabsa projetait pour 36 millions d'investissements sur neuf ans, un montant qu'il a jugé très insuffisant.

Les responsables de Sabsa ont fait valoir dans les médias que le groupe avait arrêté ses investissements ces cinq dernières années à cause d'un gel des tarifs en vigueur depuis 2001 et du fait des risques de nationalisation du secteur.

A la Bourse de Madrid, l'action Abertis a clôturé en baisse de 1,4% à 12,70 euros, à comparer à un recul de 0,51% de l'indice Ibex 35.

Avec Jose Elias Rodriguez à Madrid, Véronique Tison pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...