Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'OCDE abaisse ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016

Marché : L'OCDE abaisse ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016

Marché : L'OCDE abaisse ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016Marché : L'OCDE abaisse ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016

PARIS (Reuters) - L'OCDE a encore abaissé ses prévisions de croissance économique mondiale pour 2015 et 2016 en raison de l'affaiblissement des économies émergentes et du commerce mondial mais continue de s'attendre à un renforcement progressif de l'activité sur les deux prochaines années.

L'Organisation de coopération et de développement économiques juge que la croissance devrait bénéficier du maintien de politiques économiques de soutien à l'activité et de la baisse des prix des matières premières.

Elle souligne l'importance des risques baissiers entourant ce scénario et s'inquiète en particulier du ralentissement de la croissance du commerce mondial.

La progression des échanges commerciaux en volume ne devrait être que de 2% cette année avant d'accélérer à 3,6% en 2016 et 4,8% en 2017.

Globalement, l'OCDE table dans ses prévisions économiques d'automne sur une croissance mondiale de 2,9% cette année, qui passerait à 3,3% en 2016 puis à 3,6% en 2017.

Elle avait déjà abaissé ces chiffres à 3,0% et 3,6% pour 2015 et 2016 respectivement dans ses prévisions intérimaires publiées le 16 septembre.

L'Organisation confirme sa prévision d'une croissance de 2,4% cette année aux Etats-Unis mais l'abaisse de 0,1 point à 2,5% pour l'année prochaine et la voit ralentir à 2,4% en 2017.

Elle note que les salaires ne sont pas repartis à la hausse aux Etats-Unis en dépit d'une croissance relativement robuste et du recul du chômage.

"Sans croissance des salaires, la reprise perdra de l'élan et la perspective de voir les Etats-Unis soutenir le rebond des échanges et de la croissance à l'échelle mondiale sera remise en cause", prévient Catherine Mann l'économiste en chef de l'OCDE.

L'Organisation prévoit une poursuite du ralentissement de l'économie chinoise. Si elle a relevé sa prévision de croissance pour cette année de 0,1 point à 6,8% et l'a confirmée à 6,5% pour 2016, elle ne s'attend qu'à une progression de 6,2% du produit intérieur brut chinois en 2017.

La croissance devrait dans l'ensemble se redresser dans les économies émergentes avec une atténuation des forts reculs d'activité provoqués par le recul dans les grands pays producteurs de matières premières.

Mais les perspectives d'activité continueront de diverger au sein des grandes économies émergentes.

LA CHARGE DES RÉFUGIÉS "GÉRABLE"

L'OCDE a abaissé de 0,1 point ses anticipations de croissance pour la zone euro à +1,5% en 2015 et +1,8% en 2016 et table sur une légère accélération à +1,9% en 2017.

La prévision de croissance pour l'Allemagne est revue en baisse de 0,1 point à 1,5% pour cette année et de 0,2 point pour l'année prochaine à 1,8% avant une accélération à 2,0% en 2017.

Pour la France, elle est relevée de 0,1 point pour cette année à 1,1% mais abaissée de 0,1 point pour l'année prochaine à 1,3% avant une accélération à 1,6% en 2017.

Le taux de chômage resterait stable à 10,0% cette année et l'année prochaine et ne reculerait que de 0,1 point à 9,9% en 2017.

Le taux de chômage pour l'ensemble de la zone euro passerait de 10,9% en 2015 à 10,4% l'année prochaine et 9,8% en 2017.

L'afflux important de demandeurs d'asile en Europe pourrait influer sur la situation du marché du travail au cours des deux prochaines années, relèvent les économistes de l'OCDE.

"Avec des politiques appropriées, les demandeurs d'asile ne devraient pas imposer un fardeau économique ingérable", estime toutefois Catherine Mann. Elle ajoute que si les réfugiés sont rapidement intégrés dans la société européenne, leur présence bénéficiera aux pays d'accueil."

TRAJECTOIRES MONÉTAIRES DIVERGENTES

La prévision d'inflation pour la zone euro en 2015 est quasi inchangée par rapport aux prévisions économiques de printemps à +0,1% (contre 0,0%) mais revue en baisse de 0,4 point pour l'année prochaine à +0,9% avant +1,3% en 2017, encore très loin de l'objectif de la Banque centrale européenne (BCE) d'une hausse des prix proche mais inférieure à 2,0% à moyen terme.

Plus généralement, l'OCDE note que les pressions inflationnistes demeurent faibles dans les principales économies de l'OCDE et en Chine mais qu'elles se sont redressées dans plusieurs autres économies émergentes, en particulier celles qui ont connu une forte dépréciation de leur devise.

Les écarts dans les perspectives de croissance et d'inflation plaident pour des trajectoires de politiques monétaires de plus en plus divergentes, estime l'OCDE.

Aux Etats-Unis, la disparition progressive des capacités inemployées et la perspective d'un retour de l'inflation vers l'objectif de la Réserve fédérale américaine nécessitent un relèvement graduel des taux d'intérêt, selon l'Organisation.

Au sein de la zone euro et au Japon, l'inflation très basse justifie la poursuite de politiques monétaires très accommodantes, comme cela est prévu, écrit l'OCDE.

La persistance d'une inflation inférieure aux attentes au Japon et au sein de la zone euro constitue un défi pour la politique monétaire car il y a des limites à ce qu'une stimulation supplémentaire peut réaliser, prévient toutefois l'organisation, alors que de nouvelles mesures d'assouplissement sont attendues de la part de la Banque du Japon comme de la BCE.

(Marc Joanny, édité par Yves Clarisse)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...