Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'Italie relève ses prévisions de dette pour 2013 et 2014

Marché : L'Italie relève ses prévisions de dette pour 2013 et 2014

Marché : L'Italie relève ses prévisions de dette pour 2013 et 2014Marché : L'Italie relève ses prévisions de dette pour 2013 et 2014

ROME (Reuters) - Le gouvernement sortant italien a fortement relevé mercredi ses prévisions 2013 et 2014 pour la dette publique, tout en estimant qu'il restait de la marge pour une politique budgétaire plus expansionniste.

Le document économique et financier (DEF) publié par le gouvernement de Mario Monti prévoit que le ratio dette publique/PIB, qui a atteint un plus haut record de 127% en 2012, augmentera encore à 130,4% en 2013, au lieu d'un objectif précédent de 126,1%.

La révision pour 2014 est plus sévère encore. La dette publique représenterait alors 129,0% du produit intérieur brut, au lieu d'une projection précédente de 123,1%.

L'Italie, troisième économie de la zone euro, détient le record du ratio d'endettement le plus important, après celui de la Grèce.

Le gouvernement a revu à la hausse le mois dernier ses prévisions de déficit pour 2013, passant à 2,9% du PIB, contre 1,8% initialement annoncé.

Malgré cette révision à la hausse de la dette publique, le DEF déclare que l'Italie devrait "bientôt sortir de la procédure applicable en cas de déficit excessif", ce qui permettra de mener des politiques budgétaires moins restrictives et de porter "plus d'attention à la croissance et à l'emploi".

Les documents du DEF expliquent qu'il y a désormais de la marge pour modifier les impôts sur l'emploi, proposer des incitations fiscales aux entreprises offrant des contrats de longue durée et investir davantage dans l'éducation et la recherche.

Selon le directeur de l'organisation patronale italienne, Cofindustria, Giorgio Squinzi, l'Italie pourrait connaître une récession plus importante que celle envisagée par plusieurs centres de recherche économique en 2013 - qui tablent sur un recul du PIB compris entre 1,4 et 1,5%.

L'absence d'un gouvernement opérationnel depuis février a déjà coûté au pays un point de PIB, a-t-il ajouté.

Gavin Jones, Véronique Tison, Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...