Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'Irlande passe un accord historique avec la BCE

Marché : L'Irlande passe un accord historique avec la BCE

Marché : L'Irlande passe un accord historique avec la BCEMarché : L'Irlande passe un accord historique avec la BCE

par Padraic Halpin et Carmel Crimmins

DUBLIN/FRANCFORT (Reuters) - L'Irlande a passé jeudi un accord très attendu lui permettant de soulager le fardeau de la dette engagée pour renflouer son système bancaire, de réduire en principe son déficit budgétaire et ses besoins d'emprunt et d'en finir dès cette année avec une aide internationale de l'Union européenne et du FMI.

Le Premier ministre Enda Kenny a obtenu l'accord de la Banque centrale européenne (BCE) pour étaler le remboursement du renflouement d'Anglo Irish Bank, rebaptisée Irish Bank Resolution Corp (IBRC), sur 40 ans, mettant un terme à une affaire qui a tenu le pays en haleine pendant deux ans.

A l'origine le remboursement devait se faire en 10 ans, une lourde charge à la fois pour l'économie et les finances publiques.

"L'accord d'aujourd'hui est une étape historique sur la voie de la reprise économique", a déclaré Enda Kenny au Parlement à Dublin, sous les applaudissement nourris de l'opposition et un silence de marbre de l'opposition. "Il sécurité la position financière future de l'Etat".

S'exprimant à Francfort lors de sa traditionnelle conférence de presse mensuelle, le président de la BCE Mario Draghi s'est contenté de dire que le Conseil des gouverneurs avait pris acte à l'unanimité de l'accord intervenu à Dublin.

Il s'agit d'un grand succès politique pour Enda Kenny qui avait mis en jeu la crédibilité de son gouvernement. Les négociations entre la BCE et Dublin avaient trainé en longueur depuis près de deux ans et leur issue pourrait constituer un précédent pour d'autres pays de la zone euro aux prises avec un système bancaire en difficulté, au premier rang desquels figure l'Espagne, ce sont la BCE avait bien conscience.

Grâce à cet accord, les besoins de financement de Dublin diminueront de 20 milliards d'euros au cours de la prochaine décennie et le déficit budgétaire sera réduit d'un milliard d'euros environ par an.

"CHAPITRE TRISTE ET TRAGIQUE"

Selon des documents publiés jeudi par la ministère des Finances, le déficit budgétaire de l'Irlande diminuera à 4,5% du PIB en 2014 contre 5,1% précédemment anticipé, et à 2,4% en 2015 contre 2,9%.

"Le nouveau plan améliorera probablement de façon mécanique la perception de la soutenabilité de notre dette aux yeux des investisseurs potentiels", a expliqué Enda Kenny.

"Une sortie réussie de l'Irlande du plan de sauvetage d'ici la fin de l'année serait la preuve que la combinaison d'un intense effort national de réforme et une solidarité européenne peuvent produire des résultats."

Le rendement des obligations irlandaises échéance 2020, qui avait presque atteint 15% voici 18 mois, au plus fort de la crise de la zone euro, ont diminué de dix points de base à 4,041% après le discours du Premier ministre.

Selon les termes de l'accord, les billets à ordre ayant servi au renflouement de la banque en 2008 et d'une maturité moyenne de sept à huit ans seront échangés contre des obligations d'Etat dont l'échéance moyenne dépassera 34 ans. Le premier remboursement du principal aura lieu en 2038 et le dernier en 2053.

Le plan présenté par Dublin nécessitait tout d'abord la liquidation d'IBRC afin que l'Etat n'ait plus à payer 3,1 milliards d'euros par an jusqu'en 2023 au titre de la facilité de financement consentie en 2008 pour secourir Anglo Irisk Bank. La prochaine échéance était prévue à la fin du mois de mars.

"Cela met fin à un chapitre triste et tragique de l'histoire de notre économie", a déclaré Enda Kenny devant les parlementaires qui ont adopté le texte de liquidation d'Anglo Irish par 113 voix contre 36 au terme d'une session marathon qui s'est terminée à 3h00 du matin.

Anglo était devenue synonyme des pratiques de prêts inconsidérés qui ont "coulé" le secteur financier irlandais. Trois des anciens dirigeants de l'établissement, dont l'ex-directeur général, passeront devant les tribunaux l'année prochaine pour répondre d'accusations de fraude.

C'est à la suite de l'effondrement d'Anglo Irish que Dublin a été obligé de voler au secours de ses banques à la fin de 2008 au prix d'un énorme endettement qui a finalement contraint le pays à solliciter une aide internationale en 2011.

Marc Joanny, Julien Dury et Constance de Cambiaire pour le service français, édité par Wilfrid Exbrayat

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...