Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'inflation tombe à zéro au Japon, la consommation recule

Marché : L'inflation tombe à zéro au Japon, la consommation recule

Marché : L'inflation tombe à zéro au Japon, la consommation reculeMarché : L'inflation tombe à zéro au Japon, la consommation recule

par Leika Kihara

TOKYO (Reuters) - L'inflation est restée nulle en juillet sur un an au Japon et la consommation des ménages a reculé, autant de mauvaises nouvelles pour le gouvernement et la Banque du Japon (BoJ) dans un contexte déjà morose.

Ces statistiques, publiées vendredi par le gouvernement, viennent étayer les anticipations des marchés selon lesquelles le pays peut s'attendre au mieux à une faible reprise après la contraction de l'économie observée sur la période avril-juin.

L'indice d'inflation de base, qui inclut les produits pétroliers mais exclut des éléments volatils comme les produits frais, a stagné en juillet, une première depuis le mois de mai 2013.

Les prix n'ont donc pas baissé, comme les marchés l'anticipaient (-0,2%), mais l'économie japonaise est encore loin de la cible de 2% d'inflation de la BoJ et la tendance à la baisse des cours du pétrole ne devrait pas tirer les prix vers le haut dans les mois à venir.

Un autre indicateur fait douter d'une reprise vigoureuse dans l'archipel: la consommation des ménages a enregistré un recul de 0,2% en juillet sur un an, après une chute de 2% le mois précédent.

La consommation reste particulièrement atone pour d'importants postes de dépenses des ménages, comme l'automobile, ce qui laisse penser que les particuliers continuent à subir les effets des achats effectués avant le relèvement de la TVA l'année dernière et font toujours attention.

Dans les circonstances actuelles, le débat au Japon porte sur l'opportunité de prendre ou non des mesures destinées à stimuler l'économie mais, dans la mesure où les précédentes dispositions du gouvernement de Shinzo Abe n'ont pas permis de doper les exportations et les prix, certains analystes se montrent sceptiques.

"On n'arrête pas des vents venus de la mer avec des mesures de politique économique, donc ce serait une perte d'argent", selon Taro Saito, économiste au NLI Research Institute.

Sur le front de l'emploi, le taux de chômage est descendu à 3,3%.

Les données publiées la semaine dernière ont révélé une contraction du produit intérieur brut (PIB) de 1,6% en rythme annualisé pour le deuxième trimestre 2015.

(Simon Carraud pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...