Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'inflation en zone euro à son plus bas niveau depuis cinq ans

Marché : L'inflation en zone euro à son plus bas niveau depuis cinq ans

Marché : L'inflation en zone euro à son plus bas niveau depuis cinq ansMarché : L'inflation en zone euro à son plus bas niveau depuis cinq ans

par Martin Santa

BRUXELLES (Reuters) - L'inflation en zone euro est tombée en juillet à son niveau le plus bas en près de cinq ans, alimentant la crainte d'une entrée du bloc monétaire dans une spirale déflationniste.

Le taux d'inflation annuel des Dix-Huit est ressorti à 0,4% en juillet, son plus bas niveau depuis octobre 2009, contre 0,5% en juin, a annoncé Eurostat. Les économistes interrogés par Reuters prévoyaient une inflation inchangée à 0,5%.

La hausse des prix à la consommation est ainsi resté inférieur à 1% pour le dixième mois d'affilée, soit en territoire qualifié par le président de la BCE Mario Draghi de "zone de danger".

L'inflation de base, hors énergie, produits alimentaires, alcools et tabac, est restée inchangée par rapport à juin, à 0,8%. Les prix de l'alimentation, de l'alcool et du tabac ont baissé de 0,3% et ceux de l'énergie de 1,0%, tandis que les prix des services ont augmenté.

Aussi basse qu'elle soit, l'inflation enregistrée en juillet ne devrait pas inciter la Banque centrale européenne à prendre des nouvelles mesures puisqu'elle souhaite pouvoir d'abord évaluer l'effet de ses dernières décisions.

"Les chiffres du jour ne donnent aucune assurance sur le fait que la zone euro ait échappé au risque déflationniste", souligne Peter Vanden Houte, chef économise pour la zone euro chez ING.

"Qui plus est, avec l'escalade du conflit en Russie qui obscurcit les perspectives de croissance, il semble peu probable que les craintes de déflation disparaissent dans l'immédiat."

A Rome, le ministre français des Finances Michel Sapin a de son côté admis que le niveau de l'inflation était "inquiétant".

STATU QUO À LA BCE

La Banque centrale européenne se réunit jeudi prochain, mais la majorité des intervenants s'attendent à ce qu'aucune décision majeure ne soit annoncée dans la foulée.

"Nous pensons que la BCE va maintenir le statu quo jusqu'à la fin de 2014", déclare Howard Archer, économiste en chef chez HIS qui dit penser que la zone euro évitera de plonger dans la déflation.

Les responsables de la BCE ont dit à plusieurs reprises que les anticipations d'inflation en zone euro sont conformes aux objectifs de l'institution monétaire d'une hausse des prix proche mais inférieure à 2% à moyen terme, même si elle table sur une progression lente jusqu'à 1,5% au dernier trimestre 2016.

Les analystes jugent d'ailleurs que le risque déflationniste est contenu par la probabilité de voir repartir en hausse les prix de l'énergie et par celle d'une fin de la désinflation des prix alimentaires.

Mario Draghi a prévenu que la BCE était prête à prendre de nouvelles mesures non conventionnelles si nécessaire et que l'assouplissement quantitatif, ce qui revient à faire tourner la planche à billets pour racheter des actifs, faisait partie du mandat de l'institut d'émission.

De telles mesures se heurteraient toutefois à un certain nombre d'obstacles, en particulier l'opposition de membres influents de la BCE, comme l'allemand Jens Weidmann, gardien de l'orthodoxie monétaire.

(Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...