Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'Eurogroupe répond favorablement à une lettre d'Athènes

Marché : L'Eurogroupe répond favorablement à une lettre d'Athènes

Marché : L'Eurogroupe répond favorablement à une lettre d'AthènesMarché : L'Eurogroupe répond favorablement à une lettre d'Athènes

ATHENES (Reuters) - Le président de l'Eurogroupe, Jeroen Djisselbloem, a répondu positivement à la demande de la Grèce d'engager sans attendre des discussions techniques avec les créanciers internationaux sur un premier train de réformes censé lui permettre de recevoir de nouveaux crédits, a déclaré un responsable gouvernemental grec.

Le ministre grec des Finances, Yanis Varoufakis, avait adressé vendredi une lettre à Jeroen Djisselbloem, qui est aussi ministre néerlandais des Finances, exposant la première série de réformes que la Grèce veut mettre en oeuvre pour obtenir un surcroît d'aide des créanciers de l'Union européenne et du Fonds monétaire international (FMI).

"Le président de l'Eurogroupe Djisselbloem a adressé hier en fin de soirée une lettre en réponse au ministre des Finances Varoufakis", a dit le responsable samedi à Athènes. "Il a répondu favorablement au ministre grec, soulignant la nécessité de de poursuivre les négociations(...)".

La lettre de Yanis Varoufakis a marqué un assouplissement de la position de la Grèce, qui avait jusqu'ici refusé de discuter de la mise en oeuvre des réformes avec la "troïka", les trois institutions qui la supervisent jusqu'ici dans le cadre de ses plans de sauvetage : la Banque centrale européenne (BCE), la Commission européenne et le FMI.

Cette lettre, qui détaille les réformes que le nouveau gouvernement de gauche d'Alexis Tsipras se dit prêt à engager, doit être discutée par les ministres des Finances de la zone euro, l'Eurogroupe, lundi à Bruxelles.

Les services du Premier ministre grec ont fait savoir qu'Alexis Tsipras avait eu samedi un entretien téléphonique "constructif" avec le président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, au cours duquel il a souligné son respect de l'indépendance de la BCE.

Dans une interview au Welt am Sonntag, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, déclare que la Grèce ne quittera jamais la zone euro car cela causerait des "dégâts irréparables" à l'UE. "La Commission européenne est d'avis qu'il n'y aura jamais de 'Grexit'", dit-il. "Personne dans une position de responsabilité en Europe ne travaille sur une sortie de la Grèce de l'union monétaire. Ce pays est et restera membre de l'union monétaire."

La Grèce, qui doit rembourser des prêts dans les prochaines semaines et les prochains mois, est à court d'argent et a un besoin urgent des crédits de la zone euro pour éviter la faillite. L'Eurogroupe a donné au nouveau gouvernement grec jusqu'à la fin avril pour mettre en oeuvre les mesures que le précédent gouvernement conservateur avait acceptées en échange des prêts. Après cela, la Grèce aura deux mois pour négocier avec ses créanciers la façon dont elle sera financée par la suite.

Si le gouvernement Tsipras met en oeuvre les réformes acceptées par le précédent gouvernement conservateur, il pourrait obtenir un prêt d'1,8 milliard d'euros restant sur le plan de sauvetage en cours. Ce plan se monte à 240 milliards d'euros. En outre, la Grèce pourrait obtenir le profit de 1,9 milliard d'euros que la BCE a réalisé en achetant des obligations grecques. Enfin, les banques grecques seraient autorisées à se financer auprès de la BCE aux conditions du marché.

(Angeliki Koutantou, avec Erik Kirschbaum à Berlin, Eric Faye et Guy Kerivel, édité par Gilles Trequesser)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...