Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'économie allemande montre des signaux positifs

Marché : L'économie allemande montre des signaux positifs

Marché : Les commandes à l'industrie plus fortes que prévu en AllemagneMarché : Les commandes à l'industrie plus fortes que prévu en Allemagne

par Michael Nienaber

BERLIN (Reuters) - L'économie allemande pourrait se montrer plus résistante que prévu au second semestre de cette année, comme l'a illustré jeudi la statistique des commandes à l'industrie en août.

Ces données publiées par le ministère de l'Economie contribuent à dissiper les craintes, nées d'une série d'indicateurs plutôt faibles en juillet, au sujet d'un ralentissement prononcé de la première économie européenne dans la deuxième partie de l'année.

"Enfin une bonne nouvelle avec les commandes à l'industrie", s'est réjoui Thomas Gitzel, analyste chez VP Bank, pour lequel la persistance d'une demande vigoureuse en provenance des autres pays de la zone euro témoigne d'une reprise plus large de l'ensemble du bloc.

Autre signal positif pour l'Allemagne, la fédération industrielle BDI a relevé jeudi sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) cette année, de 1,7% à 1,9%.

"L'économie allemande suit sa trajectoire de croissance", a dit le président de la BDI, Ulrich Grillo, en invitant le gouvernement à accroître les investissements dans l'éducation, les routes et les infrastructures numériques pour poser des fondations solides pour la croissance future.

Les commandes à l'industrie allemande ont augmenté de 1,0% en août, soit le rythme le plus rapide depuis mars et une progression nettement plus dynamique que ce qu'anticipaient les économistes interrogés par Reuters, qui attendaient une hausse limitée à 0,2%.

Les commandes en provenance d'Allemagne ont été particulièrement vigoureuses avec une augmentation de 2,6% alors que celles en provenance de l'étranger se sont contractées de 0,2%. Dans cette dernière catégorie, les commandes émanant des autres pays de la zone euro ont toutefois augmenté de 4,1%, ce qui a quasiment compensé la chute de 2,8% des contrats passés par les pays extérieurs au bloc.

PRÉVISIONS TROP "CONSERVATRICES"?

Le chiffre du mois de juillet a en outre été révisé en légère hausse avec une progression de 0,3% au lieu de 0,2% donné en première estimation.

"Les commandes à l'industrie ont été faibles jusqu'à présent cette année mais elles sont légèrement remontées récemment", a commenté le ministère de l'Economie, en rappelant que les récentes études menées par l'institut Ifo sur le moral des investisseurs et par Markit auprès des directeurs d'achats laissaient augurer une amélioration de la conjoncture.

"Globalement, les derniers indicateurs vont dans le sens d'une légère progression du secteur industriel sur le restant de l'année", a-t-il ajouté.

Après une croissance de 0,7% au premier trimestre puis de 0,4% au deuxième, les économistes s'attendaient jusqu'à présent à ce que l'économie allemande perde un peu de vitesse au second semestre en raison de la morosité de la demande en provenance d'Asie et des Etats-Unis.

Les grands instituts économiques allemands ont pourtant relevé la semaine dernière leur prévision de croissance pour 2016 à 1,9%, ce qui serait le taux élevé depuis cinq ans, en raison essentiellement du dynamisme de la consommation des ménages et de la hausse des dépenses publiques liées à l'accueil des migrants.

Le gouvernement actualisera vendredi ses propres prévisions de croissance pour 2016 et 2017. Il prédit pour l'instant une progression du PIB de 1,7% cette année et de 1,5% l'an prochain.

"Alors que certains ont jeté l'éponge en ce qui concerne la croissance allemande au second semestre de cette année, le vent a maintenant tourné", a dit Thomas Gitzel. "Les prévisions pour la croissance allemande, récemment relevées, sont peut-être encore un peu trop conservatrices."

D'autres observateurs ont un avis plus nuancé.

"Une hirondelle ne fait pas le printemps", a dit Ralph Solveen, économiste chez Commerzbank, au sujet des commandes industrielles en août, en jugeant que la tendance globale pour le secteur secondaire allemand reste plutôt négative.

(Bertrand Boucey pour le service français, édité par Véronique Tison)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...