Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : L'Argentine en défaut sur sa dette pour la 2e fois en 12 ans

Marché : L'Argentine en défaut sur sa dette pour la 2e fois en 12 ans

Marché : Pas d'accord sur la dette argentine, défaut de paiement imminentMarché : Pas d'accord sur la dette argentine, défaut de paiement imminent

par Eliana Raszewski et Sarah Marsh

BUENOS AIRES (Reuters) - L'Argentine s'est réveillée jeudi en situation de défaut sur sa dette pour la deuxième fois en douze ans après l'échec des négociations de la dernière chance avec deux fonds spéculatifs qui ont refusé de participer à la restructuration consécutive à la crise de 2001-2002.

Un juge américain avait ordonné fin juin à Buenos Aires de rembourser 1,33 milliard de dollars de créances détenues par les fonds NME (une unité du fonds Elliot Management) et Aurelius avant les 539 millions de dollars dus à d'autres créanciers, qui ont accepté eux de tirer un trait sur 70% de leurs créances totales lors des restructurations de 2005 et 2010.

Le secrétaire général du gouvernement argentin Jorge Capitanich a pressé les détenteurs de dette restructurée de se tourner vers la justice américaine afin qu'elle donne son feu vert à la reprise des versements.

La question posée désormais est celle de savoir si cette situation constitue un événement de crédit susceptible de déclencher le versement des montants prévus dans les CDS (Credit default swaps), des assurances censées prémunir les porteurs d'obligations contre une défaillance de l'émetteur.

L'International Swaps and Derivatives Association (ISDA), l'organisme chargé d'établir la survenance des événements de crédit a dit jeudi avoir reçu une première demande en ce sens.

Si cette requête est acceptée, un comité d'une quinzaine de membres se prononcera pour dire si le versement des montants prévus dans les CDS est envisageable. Selon des intervenants de marché, une décision pourrait être annoncée dès vendredi.

Selon Credit Suisse, il est probable que les versements soient déclenchés, mais cette opinion n'est pas unanime.

Emiliano Surballe, analyste chez Julius Baer, souligne que la situation a été provoquée par une décision de justice et "non par l'impossibilité d'un pays de transférer les fonds nécessaires à un remboursement de dette."

Buenos Aires avait officiellement jusqu'à la fin de la journée de mercredi, heure de New York (04h00 GMT jeudi), pour sortir de l'impasse.

Aucun accord n'a pu être trouvé à temps avec les deux fonds "réfractaires" - que l'Argentine qualifie de "fonds vautours" - aux termes de deux jours d'intenses tractations.

Le projet de rachat des créances de NME et d'Aurelius par un groupement de banques privées argentines, qui auraient ensuite discuté d'un remboursement avec le gouvernement argentin, n'a pas été retenu.

"Malheureusement, aucun accord n'a été conclu, et la République d'Argentine va se retrouver de façon imminente en situation de défaut", a annoncé mercredi soir à New York le médiateur américain dans ce dossier, Daniel Pollack.

PAS D'ONDE DE CHOC ATTENDUE

Le ministre argentin de l'Economie, Axel Kicillof, a dit pour sa part que l'Argentine avait soumis en vain aux fonds réfractaires les mêmes termes de remboursement que ceux qu'elle avait retenus pour le paiement des autres créanciers détenteurs de titres de sa dette souveraine restructurée en 2005 et 2010.

Buenos Aires n'a pas non plus obtenu une suspension de la décision du juge new-yorkais Thomas Griesa à l'origine de cette nouvelle crise.

Avant même la fin officielle de ces négociations, Standard & Poor's a déclassé mercredi soir la note souveraine de l'Argentine, reléguant le pays dans la catégorie "défaut sélectif", qui s'applique aux pays faisant défaut sur un titre spécifique ou sur une classe d'obligations mais honorent leurs obligations de paiement sur d'autres titres ou classes d'obligations.

Ce défaut de paiement ne devrait pas provoquer de choc majeur sur les marchés financiers, dont l'Argentine est à l'écart depuis 2002.

En revanche, il risque d'affecter l'activité dans la troisième puissance économique d'Amérique latine en renchérissant les coûts d'emprunts pour les entreprises, en fragilisant un peso déjà vulnérable sur le marché des changes et en alimentant de fait l'inflation, déjà parmi les plus élevées de la planète.

"Cela va compliquer la vie d'entreprises comme YPF (ndlr, la compagnie pétrolière publique) qui étaient sur le point de se tourner vers des sources de financement extérieur", avance Camilo Tiscornia, ancien gouverneur de la Banque centrale d'Argentine.

YPF a notamment besoin de fonds pour développer son projet d'exploitation du gisement de pétrole et de gaz de schiste de Vaca Muerta.

La situation devrait néanmoins rester à des années lumières de la crise financière de 2001-2002. L'Argentine avait alors fait défaut sur une centaine de milliards de dollars de dettes, l'économie s'était effondrée dans la foulée et des millions de salariés avaient perdu leur emploi.

"C'est un défaut de paiement très particulier, il n'y a pas de problème de solvabilité. Tout va donc dépendre de la rapidité avec laquelle cela sera réglé", souligne Mauro Roca, analyste chez Goldman Sachs.

Les réserves en devises étrangères de l'Argentine sont estimées à 29 milliards de dollars pour une dette restructurée libellée en devises de l'ordre de 35 milliards de dollars.

(avec Richard Lough à Buenos Aires et Daniel Bases à New York, Mathilde Gardin, Benoît Van Overstraeten, Eric Faye et Henri-Pierre André et Nicolas Delame pour le service français, édité par Marc Joanny)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...