Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : HSBC pourrait payer une amende de 1,8 milliard de dollars

Marché : HSBC pourrait payer une amende de 1,8 milliard de dollars

Marché : HSBC pourrait payer une amende de 1,8 milliard de dollarsMarché : HSBC pourrait payer une amende de 1,8 milliard de dollars

NEW YORK/WASHINGTON (Reuters) - HSBC pourrait devoir payer une amende de 1,8 milliard de dollars (1,38 milliard d'euros) dans le cadre d'un accord amiable avec les autorités américaines portant sur des allégations de blanchiment d'argent, a-t-on appris de plusieurs sources proches du dossier.

L'annonce d'un accord pourrait intervenir la semaine prochaine, ont précisé ces sources, qui ont requis l'anonymat.

"Nous coopérons avec les autorités dans les investigations en cours. La nature des discussions est confidentielle", a déclaré un porte-parole de HSBC, première banque d'Europe.

Le 5 novembre, le groupe avait annoncé avoir inscrit dans ses comptes une provision de 1,5 milliard de dollars pour couvrir l'amende susceptible de lui être infligée dans ce dossier, qui porte entre autres sur des soupçons d'infraction à la législation sur le blanchiment au Mexique. Mais son directeur général, Stuart Gulliver, avait alors prévenu que le coût final du dossier pourrait être "nettement plus élevé".

HSBC a reconnu qu'il pourrait devoir faire face à des accusation au pénal. Toutefois, plusieurs dossiers du même ordre aux Etats-Unis ont abouti à des accords dans lesquels les autorités retardent des poursuites ou y renoncent définitivement si la société visée reconnaît des infractions ou des délits, s'acquitte d'une amende et accepte de revoir ses procédures internes.

Dans ce type de règlement, le département américain de la Justice se réserve néanmoins le droit de reprendre les poursuites en cas de nouvelle infraction.

En juillet, une sous-commission du Sénat américain avait publié un rapport accusant HSBC d'avoir aidé certains de ses clients à transférer des fonds d'origine suspecte hors du Mexique, d'Iran, des îles Caïman, d'Arabie saoudite ou de Syrie. La banque avait alors présenté des excuses publiques.

Carrick Mollenkamp et Brett Wolf, Benoit Van Overstraeten et Marc Angrand pour le service français, édité par Cyril Altmeyer

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...