Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Hausse surprise de la production industrielle nippone en octobre

Marché : Hausse surprise de la production industrielle nippone en octobre

Marché : Hausse surprise de la production industrielle nippone en octobreMarché : Hausse surprise de la production industrielle nippone en octobre

par Leika Kihara et Tetsushi Kajimoto

TOKYO (Reuters) - La production industrielle japonaise a, contre toute attente, augmenté en octobre et ce pour la première fois en quatre mois, à la faveur notamment d'un bond de 14,7% de la fabrication de composants électroniques, les entreprises se mettant en position de répondre à une forte demande pour les nouveaux smartphones.

Le secteur automobile s'est également bien porté, après avoir souffert pendant des mois des tensions entre la Chine et Japon autour d'un archipel et d'une déprime des ventes domestiques après l'expiration, cet été, d'un programme d'incitation fiscale à l'achat de voitures "propres".

Après une baisse de 4,1% en septembre, la production industrielle a enregistré une hausse de 1,8% en octobre, alors que les économistes interrogés par Reuters avaient anticipé un recul de 2,2%.

En outre, les manufacturiers interrogés par les services de statistiques publics prévoient certes un léger reflux de la production industrielle en novembre mais, ensuite, un bond de 7,5% en décembre.

Ces projections laissent entrevoir une première hausse trimestrielle de cette production après trois trimestres de contraction et, plus généralement, suggèrent que le pire est peut-être passé pour l'économie japonaise.

Après deux trimestres de croissance, l'économie du Japon s'est contractée de 0,9% au troisième trimestre et, il y a deux semaines, le gouvernement a pour le quatrième mois d'affilée revu à la baisse les perspectives économiques du pays, laissant craindre que la troisième économie mondiale ne retombe en récession.

"Les données (relatives à la production industrielle) montrent que l'économie a probablement passé le creux de la vague plus vite que prévu", souligne Tatsushi Shikano, économiste chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities.

CONTRACTION DU SECTEUR MANUFACTURIER - INDICE PMI

Les bons chiffres en matière de production industrielle sont toutefois à mettre en rapport avec l'indice PMI du secteur manufacturier, ressorti à 46,5 en novembre contre 46,9 le mois précédent, ce qui suggère la contraction la plus prononcée de ce secteur en 19 mois.

Cette dernière donnée montre que la voie de la reprise ne sera pas facile, ce qui devrait amplifier la pression sur la Banque du Japon (BoJ) pour qu'elle prenne encore davantage de mesures de soutien à l'économie.

La banque centrale se retrouve au centre du débat politique dans le cadre des élections législatives prévues le 16 décembre après que Shinzo Abe, chef de file du Parti libéral-démocrate (PLD) et probable futur Premier ministre à en croire les sondages, a déclaré que la BoJ devait mettre en oeuvre une politique d'assouplissement monétaire "illimitée".

Cette proposition est le principal facteur de la baisse du yen à l'oeuvre depuis deux semaines, évolution qui devrait être favorable aux exportations dont dépend en grande partie le Japon.

"Même si l'économie montre des signes de reprise, la BoJ pourrait devoir assouplir encore davantage dès le mois prochain, surtout si, par exemple, un éventuel assouplissement américain se traduit par une brusque remontée du yen", note Tatsushi Shikano.

Parmi d'autres signes moins encourageants pour l'économie, les prix à la consommation sont restés inchangés en octobre par rapport au même mois de 2011 et, dans la région de Tokyo, ils ont même reculé de 0,5%, des chiffres qui montrent que la fin du phénomène de déflation qui handicape l'activité depuis des années n'est pas encore en vue.

En revanche, les mises en chantier ont bondi de 25,2% sur un an en octobre, vraisemblablement à la faveur d'une baisse des taux d'intérêt dans le secteur immobilier.

Les dépenses des ménages ont augmenté de 0,6% sur un mois en octobre, contre un recul de 0,4% attendu par les économistes, tandis que le taux de chômage est, comme prévu, resté inchangé à 4,2%.

Benoit Van Overstraeten pour le service français, édité par Marc Joanny

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...