Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : GM sous pression pour indemniser les victimes d'une défaillance

Marché : GM sous pression pour indemniser les victimes d'une défaillance

Marché : GM sous pression pour indemniser les victimes d'une défaillanceMarché : GM sous pression pour indemniser les victimes d'une défaillance

NEW YORK (Reuters) - General Motors subit une pression grandissante pour indemniser les victimes d'une défaillance d'allumage qui a provoqué le rappel de 1,6 million de véhicules.

Le défaut en question a provoqué des coupures de contact inopinées, parfois à haute vitesse, et empêché les airbags de se déployer lors d'accident.

GM n'a pas tardé à remettre en question les chiffres avancés jeudi soir par un organisme indépendant, qui faisait état de 303 décès. Selon le constructeur, le problème d'allumage est lié à 34 accidents ayant provoqué 12 décès.

L'affaire est compliquée par le fait que les plaignants potentiels ne peuvent pas engager de poursuites pour des accidents survenus avant la faillite retentissante de GM en 2009.

Selon ses statuts, le "nouveau" GM ne peut en effet être tenu pour juridiquement responsable de faits survenus avant la faillite.

Deux associations de défense des consommateurs ont demandé à la nouvelle directrice générale du constructeur, Mary Barra, de créer un fonds d'un milliard de dollars pour indemniser les victimes.

"Ne pensez-vous pas du fond de votre coeur qu'il est cruel et injuste d'utiliser ce moyen de défense pour éviter d'être tenu responsable d'un défaut de fabrication que GM a dissimulé et auquel il n'a pas su remédier pendant 10 ans ?", écrivent les deux associations dans une lettre ouverte adressée à Mary Barra.

GM a réagi par un communiqué dans lequel le constructeur n'écarte pas la possibilité de créer un fonds d'indemnisation.

"Nous prenons en compte les préoccupations exprimées dans la lettre", lit-on dans le communiqué. "Il est vrai que le nouveau GM ne peut assumer la responsabilité juridique de plaintes résultant d'accidents ou d'incidents survenus avant juillet 2009. Nos principes tout au long de ce processus ont été de penser en premier lieu au consommateur et nous continuerons dans cette voie".

Le parquet fédéral, le Congrès, les organismes régulateurs et le constructeur lui-même enquêtent pour tenter de déterminer pourquoi il a fallu si longtemps à GM pour rappeler les voitures concernées par un défaut signalé pour la première fois il y a au moins 10 ans.

Les avocats des plaignants sont convaincus de pouvoir présenter un dossier solide pour les accidents survenus après la faillite de GM.

Cela sera plus difficile pour les cas antérieurs puisque les plaintes devront être déposées auprès d'une entité ayant conservé la responsabilité juridique pour les accidents impliquant GM survenus avant la faillite. Cette dernière ne dispose pas des moyens financiers pour indemniser convenablement les victimes.

(Jesicca Dye et Nick Brown, Patrick Vignal pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...