Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : François Hollande en échec sur le chômage en 2013

Marché : François Hollande en échec sur le chômage en 2013

Marché : Le chômage a continué sa progression en décembreMarché : Le chômage a continué sa progression en décembre

par Yann Le Guernigou

PARIS (Reuters) - Le nombre de demandeurs d'emploi a augmenté de 0,3% en décembre en France, signant l'échec de François Hollande, qui avait fixé pour objectif d'inverser la courbe du chômage à la fin 2013.

Selon les chiffres publiés lundi par le ministère du Travail, les demandeurs de catégorie A, sans la moindre activité, recensés le mois dernier ont atteint ainsi 3.303.200, un nouveau record, soit 10.200 de plus qu'en novembre.

En ajoutant les catégories B et C, les personnes qui ont exercé une activité réduite, le nombre d'inscrits à Pôle emploi a progressé de 0,5% pour s'élever à 4.898.100 en France métropolitaine et 5.194.100 en incluant les départements d'Outre-mer.

La publication de ces chiffres est intervenue le jour où le Premier ministre Jean-Marc Ayrault recevait patronat et syndicats pour lancer le "pacte de responsabilité" annoncé mi-janvier par le chef de l'Etat, qui repose sur des baisses de charge pour les entreprises en échange d'engagements sur l'emploi.

Sur l'ensemble de 2013, le nombre de demandeurs d'emploi de catégorie A s'est accru de 177.800, ou 5,7%, alors que la croissance moyenne de l'économie française sur l'année ne devrait pas avoir dépassé 0,1% à 0,2%.

Par comparaison, il avait augmenté de 283.800 en 2012, une année de croissance économique nulle.

Dans un communiqué, le ministère du Travail reconnaît que l'inversion de la courbe du chômage, un objectif porté par François Hollande quelques mois après son arrivée à l'Elysée, n'est pas encore là mais parle néanmoins d'une "quasi stabilisation" fin 2013.

OBJECTIFS D'EMPLOIS

Il fait valoir que le rythme de progression des demandeurs d'emploi a ralenti tout au long de l'année pour passer de 33.000 l'hiver dernier à 2.500 au quatrième trimestre.

A Ankara, où il est en visite officielle, le président français a déclaré que la croissance était nécessaire pour faire baisser durablement le chômage.

"Stabiliser, c'est ce que nous avons réussi, ne suffit pas", a-t-il dit. "La seule conclusion qu'il convient de tirer c'est que plus que jamais le pacte de responsabilité est maintenant un devoir qui engage tout le gouvernement", a-t-il ajouté.

Le ministère du Travail ajoute que le chômage des jeunes a baissé en décembre pour le huitième mois consécutif (-0,4%), et ce grâce aux emplois aidés et aux dispositifs comme les "emplois d'avenir".

Il indique que l'inversion de la courbe du chômage s'amorce aussi chez les 25-50 ans, catégorie dont les demandeurs d'emploi ont diminué de 1.200 au quatrième trimestre.

Le point noir reste le chômage des 50 ans et plus, qui a augmenté de 1,3% en décembre. Près de la moitié de la hausse globale de 2013 provient de cette tranche d'âge, ce qui explique que le chef de l'Etat réclame aux entreprises des objectifs d'emplois pour les jeunes comme pour les seniors en échange des baisses de charges qu'il leur promet.

CROISSANCE TROP FAIBLE EN 2014

Pour 2014, les économistes anticipent pour l'instant au mieux une stabilisation du taux de chômage. Ils estiment que la croissance de l'activité attendue - 0,9% pour le gouvernement, 0,6% pour le consensus des économistes - sera trop faible pour absorber la hausse de la population active, de l'ordre de 150.000 personnes.

D'où l'insistance de Jean-Marc Ayrault, dans une déclaration faite après la publication des chiffres de décembre, pour que le pacte de responsabilité soit mis en oeuvre de façon urgente.

En attendant, le gouvernement a budgétisé pour 2014 50.000 nouveaux emplois d'avenir pour les jeunes sans qualification, qui s'ajouteront aux 100.000 mis en route l'an passé, et quelque 380.000 contrats aidés, avec la possibilité de les augmenter de 100.000 au deuxième semestre si la situation ne s'améliore pas.

Il réfléchit également à un assouplissement des "contrats de génération", qui combinent l'embauche d'un jeune et le maintien en emploi d'un senior, en supprimant l'obligation de les négocier avec les représentants du personnel dans les PME de plus de 50 salariés et les ETI (entreprises de taille intermédiaire).

Avec Elizabeth Pineau à Ankara, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...