Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Fischer (Fed) impute la lenteur de la reprise au gouvernement

Marché : Fischer (Fed) impute la lenteur de la reprise au gouvernement

Marché : Fischer (Fed) impute la lenteur de la reprise au gouvernementMarché : Fischer (Fed) impute la lenteur de la reprise au gouvernement

(Reuters) - La lenteur de la reprise économique américaine prend sa source dans l'incompétence, l'indiscipline et l'irresponsabilité financière du gouvernement, a déclaré dimanche Richard Fischer, président de la Réserve fédérale de Dallas et membre du Comité de politique monétaire de la Fed.

"Alors que la Fed a agi à la vitesse d'un cheval au galop, le gouvernement fédéral des Etats-Unis a, au mieux, montré l'empressement d'un koala", estime Richard Fischer selon le texte d'un discours qu'il doit prononcer lors d'une conférence organisée par l'Australian Business Economists.

"Contrairement à ce qui a pu se produire lors de la plupart des reprises, le gouvernement a joué un rôle anticyclique et répressif", poursuit-il.

"L'incapacité de notre gouvernement à faire preuve de cohérence a contrecarré la politique pro-cyclique de la Fed."

Pour soutenir la croissance et l'emploi et garder des coûts d'emprunt bas, la Fed maintient son taux d'intervention près de zéro depuis la fin 2008 et a quadruplé son bilan pour le porter à quelque 3.700 milliards de dollars (2.680 milliards d'euros) par le biais de trois vagues massives de rachats obligataires, suivant une politique dite d'assouplissement quantitatif (QE).

L'institut d'émission a promis de ne pas relever les taux tant que le taux de chômage ne sera pas retombé à 6,5% au moins, pour autant que l'inflation reste à moins de 2,5%. Le taux de chômage était de 7,2% en septembre.

La Réserve fédérale a annoncé la semaine dernière qu'elle continuerait de racheter chaque mois 85 milliards de dollars d'obligations.

Richard Fischer s'oppose à cette politique parce qu'il juge qu'elle n'est pas de nature à soutenir l'économie tant que les parlementaires continueront de se chamailler sur le budget sans s'attaquer aux déséquilibres budgétaires.

Ann Saphir, Nicolas Delame pour le service français

Copyright © 2013 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...