Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : E.ON pâtit de son exposition à la Russie

Marché : E.ON pâtit de son exposition à la Russie

Marché : Recul moins marqué que prévu du bénéfice d'E.ONMarché : Recul moins marqué que prévu du bénéfice d'E.ON

FRANCFORT (Reuters) - E.ON a annoncé mercredi un repli de 7% de son excédent brut d'exploitation sur les neuf premiers mois de l'année, le groupe allemand de services aux collectivités payant en particulier son exposition à la Russie qui est son principal marché à l'international.

L'excédent brut d'exploitation (EBE) a chuté de 19% à 401 millions d'euros sur le seul marché russe, contribuant à la baisse des résultats du groupe par ailleurs affecté par le nouveau recul des prix de gros en Allemagne et des capacités de production d'énergie renouvelables excédentaires.

L'EBE de l'ensemble du groupe est ressorti à 6,64 milliards d'euros, un montant toutefois supérieur aux 6,44 milliards qu'attendaient en moyenne les analystes interrogés par Reuters.

E.ON a en outre confirmé sa prévision de bénéfice pour l'ensemble de l'année, à savoir un EBE compris entre huit et 8,6 milliards d'euros et un bénéfice net courant allant de 1,5 à 1,9 milliard.

Sur les neuf premiers mois de l'année, ce bénéfice net courant s'est établi à 1,435 milliard d'euros contre un consensus de 1,5 milliard.

La crise ukrainienne constitue le dernier revers en date pour E.ON qui, comme les autres grandes entreprises allemandes du secteur, a vu ses profits et son cours de Bourse chuter ces dernières années en raison des évolutions rapides que traverse leur marché.

Le rouble a perdu plus du quart de sa valeur cette année suite aux sanctions infligées à la Russie par l'Union européenne et par les Etats-Unis.

E.ON vend de l'électricité sur le marché russe par l'intermédiaire de sa filiale locale E.ON Rossiya. Parallèlement, il achète 30% à 40% de son gaz à Gazprom et détient un quart du capital de l'un des principaux champs gaziers sibériens.

L'an dernier, la Russie a représenté 7,4% de l'excédent brut d'exploitation du groupe allemand.

"Bien sûr le rouble m'inquiète", a reconnu le directeur financier Klaus Schäfer mercredi, en ajoutant être incapable de dire quand cette tendance s'inverserait.

L'action E.ON baisse de 1,48% à 13,34 euros vers 12h10 GMT à la Bourse de Francfort, à comparer à un recul de 2,0% de l'indice sectoriel des "utilities" en Europe. Le secteur est notamment tiré à la baisse par l'italien Enel, qui décroche de 4,5% après avoir annoncé une hausse de son endettement.

(Christoph Steitz, Benoît Van Overstraeten et Véronique Tison pour le service français)

Copyright © 2014 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...