Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Enquête suisse sur une éventuelle manipulation du marché de l'or

Marché : Enquête suisse sur une éventuelle manipulation du marché de l'or

Marché : Enquête suisse sur une éventuelle manipulation du marché de l'orMarché : Enquête suisse sur une éventuelle manipulation du marché de l'or

ZURICH (Reuters) - La Commission de la concurrence (Comco) suisse enquête sur une éventuelle manipulation des cours du marché des métaux précieux, a déclaré mardi son porte-parole.

Le processus de cotation (fixing) des cours de l'or, de l'argent et d'autres ressources de base de référence, est l'objet d'un examen de plus en plus serré de la part des régulateurs en Europe et aux Etats-Unis depuis le scandale du Libor en 2012.

Le fixing de Londres, référence mondiale du prix de l'or, est annoncé deux fois par jour au téléphone, par une institution presque centenaire créée en 1919. Le fixing londonien sera remplacé par une cotation électronique gérée par l'ICE Benchmark Administration à partir du 20 mars.

"Nous poursuivons des investigations préliminaires sur la manipulation du fixing de l'or et des métaux précieux", a dit le porte-parole du Comco, sans préciser quelles banques étaient concernées.

Les investigations ont commencé en 2014, a-t-il dit sans plus de précisions. On ignore si elle sont débuté en mars de l'année dernière lorsque la Comco a ouvert une enquête sur une éventuelle entente entre plusieurs banques sur le marché des changes.

Cette enquête est toujours en cours, a dit le porte-parole.

Le Wall Street Journal a rapporté que le département de la Justice américain ainsi que la Commodity Futures Trading Commission (CFTC) menaient une enquête sur une dizaine de banques, dont Crédit Suisse et UBS, sur une éventuelle manipulation du marché des métaux précieux.

La Finma, l'autorité de tutelle suisse des marchés financiers, avait dit en novembre avoir décelé une "tentative claire" visant à manipuler les cours des métaux précieux au cours d'une enquête transversale chez UBS.

Une porte-parole d'UBS a refusé de commenter l'enquête préliminaire de la Comco.

(Joshua Franlin, Wilfrid Exbrayat et Claude Chendjou pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...