Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : En retrait au lendemain de la Fed

Marché : En retrait au lendemain de la Fed

tradingsat

(CercleFinance.com) - Les places européennes s'inscrivent massivement en retrait, au lendemain d'une réunion de la Fed sans surprise et alors que les opérateurs arbitrent entre les multiples publications de résultats de la matinée, en particulier à Paris.

Lisbonne plonge de 2,4%, suivie de Milan et Madrid (-1,5%), tandis que Francfort perd 0,9%, Bruxelles 0,8%, Paris 0,6%, Amsterdam et Zurich 0,5%, et Londres 0,3%. A New York la veille, le Dow Jones a cédé 0,2%, mais le Nasdaq a pris plus de 0,4%.

'La Réserve fédérale américaine confirme son biais favorable sur l'état de l'économie américaine et a également confirmé d'une baisse du taux de chômage et une évolution du niveau d'inflation vers son objectif fixé pour le long terme', rappelle Barclays Bourse.

'La Fed a cependant une nouvelle fois souligné que la situation sur le marché de travail traduit une sous-utilisation des capacités. Il n'y a donc aucune urgence à relever les taux d'intérêt', poursuit-elle.

L'heure n'en demeure pas moins à la correction. 'On a déjà entamé une phase de consolidation en Europe, comme l'illustre la chute de près de 5% de l'indice Euro STOXX 600 depuis ses plus hauts du mois de juin', souligne-t-on ce matin chez IG.

Avant les inscriptions aux allocations chômage et l'indice PMI de Chicago attendus cet après-midi aux Etats-Unis, les marchés ont pris connaissance, dans la zone euro, d'une baisse du taux de chômage à 11,5% en juin et d'un ralentissement de l'inflation à 0,4% en juillet.

Côté valeurs, Royal Dutch Shell prend la tête de l'AEX à Amsterdam et grimpe de 3,1% à 31 euros, après la publication par la compagnie pétrolière de résultats en forte progression en données sous-jacentes, au titre du deuxième trimestre.

Siemens figure parmi les rares valeurs dans le vert sur le DAX de Francfort, surnageant avec un gain de 2% à 94,6 euros, grâce à la publication par le conglomérat industriel d'un bénéfice net trimestriel en croissance d'un quart à 1,4 milliard d'euros.

AB InBev cède 0,3% à 81,4 euros à Bruxelles, malgré un bénéfice normalisé part du groupe en croissance de 74% à 2614 millions de dollars au deuxième trimestre, grâce à la Coupe du Monde de la FIFA 2014 qui a dopé les volumes du brasseur.

Parmi les innombrables publications à Paris, celles de Kering (+4,6% à 159,3 euros), Sanofi (+3,3% à 79,4 euros) et EDF (+2,9% à 24,2 euros) suscitent l'enthousiasme, à l'inverse de celles de Carrefour (+3,6% à 26,1 euros) et d'Alcatel-Lucent (-8,8% à 2,6 euros).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...