Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Deutsche Bank supprime le dividende pendant deux années

Marché : Deutsche Bank supprime le dividende pendant deux années

Marché : Les résultats de Deutsche Börse dopés par la volatilitéMarché : Les résultats de Deutsche Börse dopés par la volatilité

par Arno Schuetze

FRANCFORT (Reuters) - Deutsche Bank va supprimer pendant deux ans le versement du dividende aux porteurs d'actions ordinaires -- en 2015 et en 2016 -- une mesure prise dans le cadre du plan stratégique pour les cinq prochaines de la première banque allemande.

Sous la houlette de son nouveau président du directoire, John Cryan, l'établissement veut renouer avec la croissance et tourner la page d'une série de litiges qui ont mis à mal sa réputation.

Depuis sa refondation après la Seconde Guerre mondiale, en 1952, Deutsche Bank avait toujours versé un dividende.

"Le plan est fondé sur la suppression du dividende attaché aux actions ordinaires pour les années 2015 et 2016. Le directoire prévoit de recommander le versement d'un dividende pour les actions ordinaires à partir de 2017, à un taux de distribution compétitif", souligne l'établissement dans un communiqué publié mercredi soir.

Parmi les objectifs énumérés par Deutsche Bank, elle dit viser un ratio de capital -- mesure essentielle de solvabilité dans le secteur bancaire -- de 12,5% d'ici la fin de 2018. La banque veut également ramener ses actifs pondérés en fonction des risques à environ 320 milliards d'euros d'ici la fin de 2018 contre 416 milliards à fin juin.

Il y a dix jours, Deutsche Bank avait annoncé la division de sa banque d'investissement en deux unités distinctes et plusieurs changements à la direction du groupe.

RATIO DE CAPITAL INFÉRIEUR À LA MOYENNE

L'établissement entend faire passer ses dépenses ajustées de 27,7 milliards d'euros en 2014 à moins de 22 milliards d'ici 2018 et arriver à un ratio coûts/revenus de 70% en 2018 contre 84,3% à la fin du mois de juin.

En comparaison, des concurrents de Deutsche Bank tels que Barclays, Credit Suisse ou UBS, qui sont également en train de tailler dans leurs coûts, ne dépensent actuellement que de 64 à 77 cents pour gagner un euro.

Et d'autres grandes banques internationales, comme UBS ou JPMorgan Chase, ont été plus rapides que Deutsche Bank pour adapter leur stratégie à un environnement de taux d'intérêt durablement bas et à des règles plus strictes.

Vers la mi-septembre, des sources ont dit que Deutsche Bank s'était fixé pour objectif de supprimer quelque 23.000 emplois, soit environ un quart de ses effectifs.

La banque, qui doit publier jeudi ses résultats détaillés du troisième trimestre, a dit il y a près de trois semaines s'attendre à une perte avant impôt de six milliards d'euros sur la période en raison de dépréciations massives dans ses activités de banque d'investissement et au sein de sa filiale Postbank, dont le groupe entend se séparer.

Credit Suisse, qui prévoit de diminuer la voilure dans ses activités banque d'investissement, prépare actuellement une augmentation de capital qui devrait lui permettre de lever 4,7 milliards de francs (4,33 milliards d'euros).

A ce stade, Deutsche Bank n'a pas suggéré qu'il réfléchissait à un appel au marché alors que, à fin juin, son ratio de capital était de 11,4% contre un moyenne des 24 plus importantes banques européennes de 13,2%.

(Benoit Van Overstraeten pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...