Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : BP bat le consensus et réduit ses investissements

Marché : BP bat le consensus et réduit ses investissements

Marché : BP bat le consensus au 4e trimestre, baisse ses investissementsMarché : BP bat le consensus au 4e trimestre, baisse ses investissements

par Dmitry Zhdannikov et Ron Bousso

LONDRES (Reuters) - BP a publié mardi des résultats trimestriels meilleurs que prévu, grâce à un bénéfice inattendu tiré de sa participation au capital du géant russe Rosneft, tout en passant des provisions pour dépréciations d'actifs de 3,6 milliards de dollars (3,18 milliards d'euros) et en réduisant de 13% ses investissements 2015 à cause de la baisse des cours du pétrole.

Le groupe pétrolier britannique a publié un résultat ajusté des coûts de remplacement de 2,2 milliards de dollars alors que les analystes attendaient un bénéfice de 1,5 milliard.

A Londres, le titre prend 2,2%, une progression un peu plus faible que celle de son indice sectoriel (+2,5%), dopé par le rebond des cours de pétrole depuis quelques jours.

La bonne performance du quatrième trimestre s'explique par un bénéfice inattendu, de 470 millions de dollars, dégagé de la participation du groupe dans le capital de Rosneft, pourtant sérieusement affecté par les sanctions occidentales contre la Russie pour son rôle Ukraine et la chute des cours du pétrole.

BP, qui détient 19,75% du capital de Rosneft, a précisé que ces chiffres étaient provisoires et pourraient être modifiés.

Plusieurs analystes attendaient une perte de 750 millions de dollars de cette participation dans les comptes trimestriels.

Le bénéfice tiré de cette participation, inférieur aux 1,1 milliard de dollars dégagés sur la même période de l'an dernier, s'explique par un changement du système de comptabilisation des changes par le groupe russe, ont précisé des responsables de BP.

Rosneft représente environ un tiers de la production de pétrole de BP avec un peu plus d'un million de barils par jour équivalent pétrole et de l'ordre de 9% de son bénéfice 2014.

"RECALIBRER BP"

BP a ajouté avoir passé une charge nette après impôts de 3,6 milliards de dollars, soit 7,4 milliard avant impôts, principalement liée à des dépréciations d'actifs sur ses activités dans l'amont en Mer du Nord et en Angola pour refléter l'impact à court terme de la baisse des cours du pétrole.

Son compatriote BG Group a passé une charge de dépréciation d'actifs de près de six milliards de dollars (5,3 milliards d'euros) dans ses comptes 2014 pour prendre en compte la chute des cours du pétrole, le groupe pétrolier et gazier britannique ayant également annoncé mardi une baisse de 30% de ses investissements pour cette année.

Comme ses concurrents, BP a annoncé son intention de réduire ses investissements, pour les ramener sur l'année 2015 à environ 20 milliards de dollars contre 22,9 milliards en 2014.

Le groupe maintient son dividende trimestriel à 10 cents.

"Nous sommes entrés dans une phase nouvelle et difficile de bas prix du pétrole à court et moyen terme", a dit son directeur général Bob Dudley. "Notre attention doit désormais porter sur le recalibrage de BP."

Les concurrents de BP, dont Chevron et Royal Dutch Shell, ont réagi à la chute de près de 60% des cours du pétrole depuis le mois de juin en réduisant leurs dépenses d'investissement pour les quelques années à venir.

Shell a annoncé son intention de réduire ses investissements de 15 milliards de dollars sur les trois prochaines années tout en avertissant qu'il ne fallait pas "réagir de façon excessive". Les dirigeants de Chevron ont réduit de 13% les dépenses du groupe pour l'année 2015, à 35 milliards de dollars.

BP a vendu 40 milliards de dollars d'actifs depuis la marée noire dans le Golfe du Mexique en 2010 et annoncé son intention de vendre encore 10 milliards d'actifs d'ici la fin de l'année.

Le groupe a précisé que sa production 2015 devrait être supérieure à celle de 2014 en dépit des projets de réduction des dépenses d'exploration et du report de projets marginaux.

L'endettement net de BP fin 2014 s'élevait à 22,6 milliards de dollars et son ratio de dette sur capitalisation boursière était à 16,7%, contre 16,2% un an auparavant.

(Juliette Rouillon pour le service français, édité par Benoît Van Oversraeten)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...