Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Bénéfice au plus bas depuis 1998 pour Standard Chartered

Marché : Bénéfice au plus bas depuis 1998 pour Standard Chartered

Marché : Bénéfice 2015 en repli de 84% pour Standard CharteredMarché : Bénéfice 2015 en repli de 84% pour Standard Chartered

LONDRES (Reuters) - Standard Chartered a vu son bénéfice fondre de 84% en 2015, à un plus bas depuis 1998, la baisse des marchés financiers, la chute des cours des matières premières et des dépréciations pour créances douteuses ayant continué de peser sur l'activité de la banque britannique, très active dans les marchés émergents.

StanChart a fait état mardi d'un bénéfice imposable, hors éléments exceptionnels, de 800 millions de dollars (725 millions d'euros) au titre de 2015, contre 5,2 milliards en 2014. Les analystes prévoyaient en moyenne 899 millions, selon le consensus établi par Thomson Reuters.

En prenant en compte 1,8 milliard de dollars de coûts de restructuration, le résultat avant impôt ressort en perte de 1,5 milliard de dollars.

Le résultat en forte baisse et la perspective d'une nouvelle année difficile en 2016 ont fait chuter l'action qui a perdu plus de 11% dans les premiers échanges avant de se reprendre. Vers 09h45 GMT, le titre est en recul de 5,4%.

La chute des profits souligne l'ampleur des défis auxquels est confronté le nouveau directeur général Bill Winters, qui veut renouer avec la croissance après six trimestres consécutifs de contraction de l'activité.

Bill Winters, un ancien de JP Morgan, a annoncé un plan de suppression de 15.000 postes et lancé une augmentation de capital de 5,1 milliards de dollars dans le cadre d'un vaste plan de restructuration destiné à rétablir la rentabilité et à consolider le bilan de la banque, mis à mal notamment par l'envolée des créances douteuses liée à son exposition aux marchés émergents.

"Au vu des conditions actuelles de marché et d'une mise en oeuvre qui ne fait que débuter de notre stratégie, nous nous attendons à ce que la performance du groupe demeure modeste en 2016", a prévenu Bill Winters. "Nous continuerons à prendre les mesures nécessaires et parfois douloureuses pour remettre le groupe sur la voie de la rentabilité et d'une croissance rigoureuse."

Il a dit que Standard Chartered avait commencé de se préparer à l'éventualité d'un "Brexit" et ne pas s'attendre à des conséquences majeures pour la banque quelle que soit l'issue du référendum du 23 juin sur le maintien ou la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne.

"Nous pensons que la Grande-Bretagne est mieux en Europe" qu'en dehors, a-t-il ajouté.

Les problèmes de Standard Chartered ont débuté en 2012 après une décennie de croissance de ses profits, déclenchés par des amendes aux Etats-Unis et alimentés par le ralentissement des marchés émergents et la chute des matières premières.

Lundi déjà, HSBC, autre groupe bancaire britannique fortement implanté en Asie, avait publié des résultats inférieurs aux attentes des analystes.

L'action Standard Chartered a chuté de 22% depuis le début de l'année contre un recul de 20% en moyenne pour le secteur bancaire européen dans son ensemble, pénalisé par les inquiétudes des investisseurs sur le ralentissement de la croissance et l'exposition des banques au secteur de l'énergie.

(Lawrence White, avec Vikram Subhedar, Véronique Tison et Marc Joanny pour le service français)

Copyright © 2016 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...