Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Au Japon, le Nikkei décroche de 7,3%

Marché : Au Japon, le Nikkei décroche de 7,3%

tradingsat

(CercleFinance.com) - L'indice d'actions japonais de référence, le Nikkei, a terminé la séance sur une chute de 7,3% qui le ramène à 14.483 points ce matin. Cette correction, la plus forte depuis le tsunami et l'accident nucléaire de Fukushima, le 15 mars 2011, est survenue à l'issue d'une séance durant laquelle l'indice avait, à plus de 15.942 points, pourtant renoué avec des niveaux perdus de vue depuis la toute fin de l'année 2007.

Toujours bien en-deçà des record de la fin des années 80 proches de 40.000 points, la reprise du Nikkei a récemment commencé mi-novembre dernier : à cette date et depuis fin 2008, l'indice végétait dans une bande comprise entre 7.000 et 11.300 points environ.

C'est alors la Banque du Japon, établissement émetteur de l'archipel a, en concertation étroite avec le gouvernement qui en a d'ailleurs remplacé le président, mis en oeuvre un programme massif de rachats d'actifs plus vaste encore, en proportion de l'économie japonaise, que celui de la Fed. L'une de ses conséquences : une chute rapide et massive du yen, qui ces six derniers mois a perdu 23% environ de sa valeur contre le dollar comme face à l'euro.

De facto, ce violent mouvement de changes a renforcé l'avantage comparatif des groupes nippons très tournés vers l'exportation, dont les perspectives bénéficiaires se sont éclairées tout d'un coup.

Entre mi-novembre et le plus haut de la dernière séance, l'indice est passé alors d'environ 8.800 points au sommet de 15.942 points, soit une hausse colossale de plus de 80%. Sans pratiquement qu'aucune consolidation d'ampleur n'intervienne.

HIer, après une première moitié de séance au terme de laquelle la baisse était limitée, le mouvement de baisse s'est ensuite amplifié, pour finir sur une chute de 7,3%. Aurel BGC souligne d'ailleurs que des exportatrices, commeSonu, Hitachi ou Sharp, affichent des baisses de 7 à 10%.

Selon les courtiers d'IG, “il s'agit là d'un mouvement incroyable. Tous ceux qui se demandent à quoi ressemble une liquidation à grande échelle après pari spéculatif quasi-unanime utiliseront cet évènement comme un modèle du genre'. Les volumes échangés ont été colossaux, ajoute le courtier : de l'ordre de 1,8 fois ceux habituellement constatés, à mi-séance.

'Le mouvement de baisse des marchés cash s'explique largement par celui des marchés à terme', commente IG, 'le marché des 'futures' d'Osaka ayant connu une débâcle'.

Pour les stratégistes de Société Générale, l'explication est claire : après avoir parié massivement à la hausse de l'indice japonais sur les marchés à terme, 'les hedge funds (fonds spéculatifs) ont commencé déboucler leurs positions sur le Nikkei'. En effet, leurs positions nettes longues (haussières) sur les contrats sur Nikkei ont cessé de s'accumuler depuis un mois environ, indiquent les spécialistes.

'Maintenant que l'indice nippon a renoué avec ses précédents plus hauts, rapportés en dollars US, ne pensons que le Nikkei a besoin de reprendre son souffle', terminent les analystes.

Les chiffres décevants provenant de Chine, grand partenaire commercial du Japon, ont également pesé dans la balance. Selon les analystes de Nomura, dans toute l'Asie cette nuit, 'les investisseurs se sont livrés à d'assez fortes ventes de titres sur fond d'inquiétudes renouvelées quant à l'économie mondiale, après la publication d'une statistique décevante en Chine'.

En effet, l'indice d'activité manufacturière PMI pour la Chine tel que le calcule HSBC s'est contracté en mai. Il est revenu de 50,4 points en avril à 49,6 points, la barre des 50 séparant l'expansion (au-dessus) de la contraction (en dessous),

Hongbin Qu, économiste principal pour HSBC Asie, commente que 'la baisse de l'activité manufacturière en mai reflète une demande intérieure plus lente et une demande extérieure confrontée à des vents contraires.' Et il ajoute : 'un ralentissement séquentiel semble probable au milieu du 2ème trimestre, ce qui fait peser un risque sur la fragile reprise de l'économie chinoise'.

Chez Aurel BGC, on ajoute enfin que “la Bourse japonaise réagit aussi négativement à la forte volatilité du marché obligataire, incitant la banque centrale a intervenir directement.” En effet, les rendements des emprunts d'Etat japonais à 10 ans se sont tendus de l'ordre de 26 points de base un en mois à 0,83%, en touchant même les 1% en séance, ajoute IG.

Selon les courtiers, cette remontée rapide des taux souverains japonais fait suite aux déclarations d'un officiel du gouvernement, Yoshihide Suga, qui a salué la manière dont la Banque du Japon a fait comprendre sa politique . “Toutefois, il a refusé de commenter le niveau des taux”, ajoute IG.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...