Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Attentisme persistant pour la parité euro/dollar

Marché : Attentisme persistant pour la parité euro/dollar

tradingsat

(CercleFinance.com) - Toujours rien à signaler sur le marché des changes ce midi pour la paire de devises euro/dollar. Cette dernière semble confortablement installée sur les 1,35 dollar autour desquels elle évolue depuis le début le 18 septembre. Ce midi, l'euro grappille 0,14% à 1,3506 dollar. Sur la semaine, la stabilité est de mise (- 0,15%).

Notons que de tels niveaux n'avaient plus été connus depuis le mois de février.

Les tendances ne sont pas plus nettes ce midi contre le yen nippon (- 0,02% à 133,17), le sterling (- 0,14% à 0,8396), même si un recul de 0,27% est à noter contre le franc suisse, à 1,2244.

Comme le résume Saxo Banque, “les investisseurs restent préoccupés par l'impact potentiel sur l'économie (américaine) d'un blocage des négociations sur le budget et sur la dette à Washington”.

D'ailleurs, la situation ne s'est pas améliorée : “la Chambre des représentants, à majorité républicaine a refusé jeudi de donner suite au projet de loi présenté par le président américain Barack Obama dont l'adoption aurait permis au gouvernement de se financer au-delà de la date du 30 septembre, de relever le plafond de l'endettement des Etats-Unis et d'éviter ainsi que le pays fasse défaut.”

Au final cependant, la perspective d'un défaut de paiement de l'Etat fédéral est cependant toujours considérée comme hautement improbable. Bref, les opérateurs parient, comme les fois précédentes, sur un arrangement de dernière minute. Même si ce risque majeur n'est pas totalement nul, ce qui est facteur d'incertitude.

Hier, les chiffres publiés, comme la confirmation de la croissance américain du 2e trimestre à 2,5% (après 1,1% au premier) alors que le consensus tablait sur une révision à 2,6%, n'ont guère eu d'impact.

Certes, comme on le reconnaît chez Exane BNP Paribas, 'depuis que la BCE a lancé ses OMT (c'est-à-dire ses rachats conditionnels d'obligations d'Etat, qui à ce jour n'ont pas commencé, ndlr) en septembre 2012, le marché a eu systématiquement tort en pariant sur un affaiblissement de l'euro contre le dollar'. Les analystes estiment d'ailleurs que la paire de devises n'a depuis lors décrit aucune tendance claire, 'en fluctuant autour des 1,30'.

Mais rien n'en joué, selon Exane. Ces douze prochains mois, les risques d'affaiblissement de la monnaie unique européenne semblent limités, puis ils devraient s'intensifier ensuite. Selon les spécialistes, le marché sous-estime en effet l'impact qu'aura la fin des QE, les programmes de rachat d'actifs menés par la Fed au rythme de 85 milliards de dollars par mois, et qui selon Ben Bernanke devraient prendre fin mi-2014.

Or parallèlement, étant donné la faiblesse de la conjoncture européenne, la BCE pourrait, elle, s'engager dans une politique monétaire plus accommodante encore. Lundi, son président Mario Darghi n'a pas dit autre chose en laissant entrevoir l'éventualité d'une nouvelle opération de refinancement bancaire à long terme (les LTRO, dans le jargon BCE), afin de tenter de dynamiser les octrois de crédit. Bref, Exane BNP Paribas table sur un euro/dollar à 1,20 d'ici la fin de l'année prochaine.

Le son de cloche est similaire chez Société Générale. 'Les discussions budgétaires (devant le parlement américain) ont quelque peu gâché la fête qui aurait dû suivre le FOMC', le comité de politique monétaire de la Fed dont le dernier s'est, contre toute attente, soldé par le maintien des QE en l'état.

SG minimise d'ailleurs l'impact réel du risque du regain de risque de 'shutdown' de l'administration américaine en raison du débat sur le plafond d'endettement fédéral, ainsi que le 'retard' avec lequel la Fed réduira ses QE : 'tout cela ne pourrait bien être que du bruit. Au final, la vigueur des indicateurs économiques américains soutiendra un 'rally' du dollar', pronostiquent-ils également.

Du côté de l'agenda statistique de la matinée sur le Vieux Continent, les indices de sentiment économique (ESI) de la Commission européenne progressent encore en septembre, de 1,6 point à 96,9 pour la seule zone euro et de 2,4 points à 100,6 pour l'ensemble de l'Union européenne.

Le climat des affaires dans la zone euro est pour sa part resté quasiment inchangé en septembre, selon une enquête publiée vendredi par la Commission européenne.

Cet après-midi depuis les Etats-Unis, et outre les derniers développements du psychodrame budgétaire, les investisseurs prendront connaissance à 14h30 des dépenses et revenus des ménages pour août, attendus respectivement en hausse de 0,3% et 0,4%.

La confiance des consommateurs du Michigan pour septembre sera quant à elle dévoilée à 15h55. Le consensus table sur un indice autour de 78.

Selon Saxo Banque enfin, “les investisseurs attendront la semaine prochaine le rapport mensuel sur l'emploi américain et le taux de chômage qui donneront le ton sur la tendance à venir”. Après un chiffre décevant de 169.000 en août, le consensus se situe pour l'instant aux environs de 177.000. A suivre.


Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...