Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Athènes dit étudier un projet d'accord avec ses créanciers

Marché : Athènes dit étudier un projet d'accord avec ses créanciers

Marché : L'UE note des progrès dans les négociations avec la GrèceMarché : L'UE note des progrès dans les négociations avec la Grèce

par Paul Taylor et George Georgiopoulos

BRUXELLES/ATHENES (Reuters) - Le gouvernement grec étudie un projet d'accord sur un troisième plan de renflouement de l'économie du pays rédigé sur la base des discussions avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI), a déclaré samedi un responsable gouvernemental.

La Grèce tente de parvenir d'ici mardi à un accord avec ses créanciers en vue d'un nouveau programme de renflouement d'un montant qui pourrait atteindre 86 milliards de dollars.

Un tel accord permettrait le versement d'une première tranche le 20 août, à temps pour faire face à une échéance cruciale de remboursement d'obligations à la Banque centrale européenne (BCE) à cette date.

Des émissaires de l'UE et du FMI ont rencontré samedi les ministres grecs de l'Economie et des Finances à Athènes.

"Les discussions d'aujourd'hui sont en rapport avec les actions à mener avant le versement de la première tranche", a déclaré un responsable gouvernemental grec. "Demain, les échanges porteront sur des questions plus délicates", a-t-il ajouté.

Vendredi, des dirigeants de l'UE ont organisé une téléconférence au cours de laquelle ils ont noté des progrès dans les tractations avec la Grèce.

Les discussions se poursuivent sans accroc et pourraient être bouclées au cours du week-end, a-t-on dit de source informée des débats à l'issue de cette téléconférence.

Si le projet de mémorandum encadrant le déblocage de cette nouvelle aide financière et l'analyse actualisée de la soutenabilité de la dette grecque sont prêts comme prévu mardi, le gouvernement et le parlement grec pourraient les approuver d'ici jeudi.

Les ministres des Finances de la zone euro pourraient se retrouver ou organiser une téléconférence vendredi pour accepter ce programme de prêt sur trois ans.

La Grèce devrait alors adopter un nouveau train de réformes avant le 20 août en parallèle aux procédures nationales de ratification afin de recevoir le premier versement.

PAS DE DIVERGENCE MAJEURE

Les négociations en vue de ce troisième plan d'aide à la Grèce depuis 2010 ont débuté le 20 juillet, une semaine après que les dirigeants de la zone euro eurent présenté à Athènes un certain nombre d'exigences préalables à l'ouverture des discussions.

Conformément à l'accord conclu le 13 juillet à Bruxelles, Athènes, les institutions européennes (Commission, Banque centrale européenne et Mécanisme européen de stabilité, le fonds de sauvetage de la zone euro) et le Fonds monétaire international discutent d'un plan qui pourrait empêcher que la Grèce fasse défaut sur sa dette.

Toutes les parties relèvent que les négociations se déroulent sans les obstacles ou les désaccords relatifs au protocole ou à l'accès aux données ou aux ministères qui avaient marqué les premières séances de discussion sous les auspices du parti de gauche anti-austérité Syriza.

Le Premier ministre grec Alexis Tsipras a déclaré mercredi que son pays était proche d'un accord avec ses créanciers sur un nouveau plan d'aide financière qui, selon lui, mettra fin aux doutes sur sa place au sein de la zone euro.

Le ton diffère côté allemand, où le Süddeutsche Zeitung de vendredi cite une source du ministère des Finances allemand selon laquelle de nombreuses questions restent à régler et qu'il vaudrait mieux accorder un crédit-relais à Athènes afin de laisser suffisamment de temps pour négocier dans le détail un troisième plan d'aide.

(Pierre Sérisier, Jean-Stéphane Brosse et Simon Carraud pour le service français)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...