Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : American Apparel espère un nouvel élan après le redressement

Marché : American Apparel espère un nouvel élan après le redressement

Marché : American Apparel espère un nouvel élan après le redressementMarché : American Apparel espère un nouvel élan après le redressement

WILMINGTON, Delaware (Reuters) - American Apparel compte redevenir bénéficiaire en 2018 s'il parvient à mener à bien ses projets de redressement dans le cadre de son placement en dépôt de bilan, selon des documents enregistrés jeudi par la justice américaine.

La marque américaine de prêt-à-porter a demandé au début du mois à être placée sous la protection du chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites.

Dans les documents de procédure déposés auprès du tribunal des faillites de Wilmington, dans le Delaware, le groupe indique qu'il prévoit de renouer avec les bénéfices en 2018, ce qui représenterait une première depuis 2009.

La marque célèbre pour ses campagnes publicitaires explicites anticipe un bénéfice net de 23,7 millions de dollars (21 millions d'euros) en 2020, un chiffre dépassant nettement le profit record enregistré par le groupe en 2007.

Elle prévient cependant que la bataille juridique en cours avec son fondateur, Dov Charney, fait peser un risque sur son avenir. Dov Charney a été limogé en fin d'année dernière de ses fonctions de directeur général, sur fond de fautes graves présumées, dont des accusations de harcèlement sexuel.

Selon ces documents, les créanciers non garantis, auquel le groupe de Los Angeles doit un montant total de 145 millions de dollars, devraient recevoir un million de dollars à se répartir.

L'enseigne de vêtements et d'accessoires a malgré tout tenté de rassurer et de convaincre ses fournisseurs et ses créanciers.

Scott Greenberg, l'un des avocats de l'entreprise, a déclaré qu'elle s'était placée sous la protection du Chapitre 11 de la loi américaine sur les faillites afin de réduire les coûts d'emprunt écrasants auxquels elle était confrontée et non pas pour mettre fin à ses contrats avec ses fournisseurs et ses créanciers.

Ces derniers s'étaient rassemblés à Wilmington pour mettre sur pied un comité officiel chargé de représenter leurs intérêts dans le cadre de la procédure judiciaire.

(Tom Hals, Myriam Rivet pour le service français, édité par Benoît van Overstraeten)

Copyright © 2015 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...