Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : 3e année consécutive de hausse du revenu moyen des agriculteurs

Marché : 3e année consécutive de hausse du revenu moyen des agriculteurs

Marché : 3e année consécutive de hausse du revenu moyen des agriculteursMarché : 3e année consécutive de hausse du revenu moyen des agriculteurs

PARIS (Reuters) - Le revenu moyen des agriculteurs français a progressé en 2012 pour la troisième année consécutive, atteignant un pic historique pour les grandes cultures, annonce mercredi le service des statistiques du ministère de l'Agriculture.

A 36.500 euros par actif et avant impôt, le revenu moyen agricole progresse de 4% par rapport à l'an dernier.

La progression profite surtout aux exploitations de grandes cultures dont le résultat avant impôt dépasserait le précédent pic historique de 2007 pour atteindre 74.400 euros en moyenne.

Pour les fermes spécialisées en céréales, oléagineux (colza et tournesol) et protéagineux (pois et féveroles), le revenu augmenterait presque de moitié en un an à 72.100 euros en raison de la flambée des prix des céréales.

"Ces résultats me confortent dans l'idée que la répartition des crédits de la PAC doit être rééquilibrée en faveur des filières d'élevage", écrit dans un communiqué le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll.

Il souligne aussi "la nécessité de mettre en place des dispositifs de lissage de la volatilité des cours des matières premières".

Les prix des céréales ont bondi en 2012 de 18% et ceux des oléagineux de 12%, poussés par la réduction des disponibilités sur le marché mondial. Le maraîchage, l'arboriculture et l'élevage hors-sol (avicole et porcin) ont aussi profité d'une bonne conjoncture des prix.

A l'inverse, les éleveurs de bovins et d'ovins voient leurs revenus baisser, confrontés à la hausse des prix des aliments, des tourteaux en particulier.

RÉEQUILIBRAGE AU PROFIT DES ÉLEVEURS

Le revenu des éleveurs laitiers devrait reculer de 10%, à 26.500 euros, et ceux des producteurs de viande bovine perdraient 8%, à 15.400 euros.

De même, la viticulture a été pénalisée par la faible récolte 2012 avec un revenu qui s'effondre à 22.800 euros contre 46.500 euros en 2011.

Dans le cadre des négociations de réforme de la Politique agricole commune (PAC), la France a proposé de majorer les aides sur les premiers hectares de chaque exploitation pour favoriser les élevages, aux surfaces moindres comparé aux exploitations de grandes cultures.

La majoration s'appliquerait à la moyenne des exploitations de chaque pays membre de l'Union européenne, soit, pour la France, sur les 50 premiers hectares, a dit mardi à des journalistes Stéphane Le Foll.

"Cela, à mon avis, on va y arriver (à le faire passer)", a-t-il dit en marge de l'Assemblée générale des producteurs de betteraves.

La France perçoit quelque 7 milliards d'euros par an de la Pac et un tel remodelage des aides conduirait au transfert de plusieurs centaines de millions d'euros des grandes exploitations vers les plus petites.

Sybille de La Hamaide, Gus Trompiz, Valerie Parent, édité par Yves Clarisse

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...