Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Lisbonne accepte les modalités de l'aide internationale

Marché : Lisbonne accepte les modalités de l'aide internationale

Lisbonne accepte les modalités de l'aide internationaleLisbonne accepte les modalités de l'aide internationale

par Axel Bugge et Andrei Khalip

LISBONNE (Reuters) - Le Portugal a conclu mardi un accord avec l'Union européenne et le Fonds monétaire international (FMI) sur un programme de renflouement de trois ans et d'un montant de 78 milliards d'euros.

Cet accord a été annoncé par le Premier ministre, José Socrates, dont le gouvernement est tombé le mois dernier après le rejet par l'opposition de son programme d'austérité.

Cela a eu pour conséquence de provoquer une flambée des coûts d'emprunt de Lisbonne sur le marché, obligeant le Portugal à devenir le troisième pays de la zone euro, après la Grèce et l'Irlande, à recourir à une aide internationale.

Socrates, confronté à des législatives anticipées le 5 juin, voit dans cet accord une victoire, estimant que ses conditions sont plus clémentes que celles imposées à Athènes et Dublin.

Dans une allocution télévisée, José Socrates a précisé que les modalités de l'accord donneraient au Portugal plus de temps que ne l'avait promis le gouvernement pour remplir ses objectifs de déficit budgétaire.

"Le gouvernement a obtenu un bon accord, un accord qui défend le Portugal", a-t-il dit. Il n'a pas été très disert sur les conditions de l'aide, se contentant de dire qu'"il n'y a pas de programme d'assistance financière qui ne soit pas exigeant".

FACE ECLAIRÉE, FACE SOMBRE

Filipe Garcia, qui dirige le cabinet de consultants Informaçao de Mercados Financeiros à Porto, a réagi ainsi: "Il nous a montré la face éclairée de la lune; reste à voir la face sombre, avec en particulier le taux d'intérêt".

José Socrates a noté que le Portugal devrait ramener son déficit budgétaire à 5,9% du Produit intérieur brut (PIB) cette année, alors que Lisbonne visait jusque là 4,6%. Le déficit devra ensuite être ramené à 4,5% en 2012 et à 3% en 2013, au lieu de 3% et 2% précédemment projetés.

"Certains des paramètres semblent un peu plus souples que ce qu'on anticipait, comme l'objectif de déficit relevé et le délai rallongé", note Vitali Serebriakov, stratège changes chez Wells Fargo à New York.

La Commission européenne, la Banque centrale européenne (BCE) et le Fonds monétaire international (FMI) ont discuté pendant près d'un mois avec le gouvernement portugais les modalités du renflouement.

José Socrates a observé que cet accord devait maintenant être présenté à l'opposition.

Le chef du Parti social démocrate Pedro Passos Coelho s'est dit prêt à rencontrer les bailleurs de fonds.

Le nouveau gouvernement qui sera issu des élections du mois prochain devra endosser les modalités du renflouement et José Socrates a dit que ce dernier ne nécessitait aucun changement dans la Constitution.

L'accord sera vraisemblablement entériné par les ministres des Finances de la zone euro lors de la réunion de l'Eurogroupe de la mi-mai, à temps pour que Lisbonne puisse honorer un remboursement obligataire de 4,9 milliards d'euros le 15 juin.

Avec Shrikesh Laxmidas, Wilfrid Exbrayat pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...