Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les traders étaient bien intentionnés, dit le pdg de jpmorgan

Marché : Les traders étaient bien intentionnés, dit le pdg de jpmorgan

Les traders étaient bien intentionnés, dit le pdg de jpmorganLes traders étaient bien intentionnés, dit le pdg de jpmorgan

WAHSINGTON (Reuters) - Les erreurs de trading qui ont coûté des milliards de dollars à JPMorgan sont inexcusables, mais elles partaient d'une bonne intention, a déclaré mercredi son président-directeur général Jamie Dimon, tout en redisant son scepticisme à l'égard du projet de séparation des métiers d'affaires et de détail.

S'exprimant devant une commission sénatoriale, il a déclaré que les traders à l'origine de cette perte étaient bien intentionnés mais que leur stratégie avait mal été mise en oeuvre tandis que l'encadrement de la banque n'est pas parvenu à maîtriser les agissements de ses bureaux de Londres.

Les sénateurs ont demandé si les pertes, dont le montant est pour l'heure évalué à plus de deux milliards de dollars, trouvaient vraiment leur origine dans un instrument de couverture ou si elle étaient plutôt imputables à un pari spéculatif, caché aux actionnaires et aux régulateurs.

"Ce portefeuille de crédits synthétiques était destiné à faire gagner beaucoup d'argent en cas de crise. Je considère cela comme un instrument de couverture", a répondu James Dimon.

"Ce en quoi cela a muté, je n'essayerai pas de le défendre."

Son audition, très attendue, a été mouvementée, de nombreux manifestants l'interrompant à plusieurs reprises. L'un d'entre eux l'a bruyamment qualifié "d'escroc" au moment où il arrivait à la barre.

D'autres manifestants l'ont appelé à cesser les saisies immobilières avant d'être expulsés.

James Dimon a reconnu à plusieurs reprises que la banque avait échoué en ne détectant pas à temps les risques de plus en plus élevés pris à Londres et a indiqué que la banque allait réfléchir à la possibilité de reprendre une partie des salaires versés à certains de ses dirigeants une fois que le conseil d'administration aura terminé son enquête.

Dave Clarke et David Henry, Nicolas Delame pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...