Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les soutiens à un assouplissement du plan grec se multiplient

Marché : Les soutiens à un assouplissement du plan grec se multiplient

Les soutiens à un assouplissement du plan grec se multiplientLes soutiens à un assouplissement du plan grec se multiplient

BERLIN/ATHENES (Reuters) - Un membre influent de la coalition au pouvoir en Allemagne a soutenu mardi la possibilité d'assouplir les modalités du plan de sauvetage de la Grèce, afin d'alléger le fardeau d'Athènes face à la crise budgétaire.

Michael Meister, vice-président du groupe CDU au Bundestag, a jugé logique d'allonger la durée de remboursement du prêt de 110 milliards d'euros accordé à la Grèce le 2 mai 2010.

Ces propos font échos à ceux tenus la veille par le Néerlandais Nout Wellink, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne, qui a été le premier responsable de la BCE à évoquer un possible allongement de la maturité de la dette grecque.

"En contrepartie d'une nouvelle aide, la Grèce doit également mettre en place des mesures (d'économies) supplémentaires", a toutefois précisé Michael Meister.

Lundi, le ministre des Finances grec Georges Papaconstantinou a dit espérer un nouvel allongement du délai de remboursement des fonds prêtés.

L'Union a déjà abaissé en mars le taux d'intérêt de ses prêts et rééchelonné leur remboursement, passant d'un délai de trois à sept ans, afin d'alléger la charge qui pèse sur les finances publiques d'Athènes. La dette grecque devrait atteindre 340 milliards d'euros cette année, ce qui représente 150% de sa production annuelle.

RESTRUCTURATION PEUT-ETRE INÉVITABLE

Le FMI et l'Union européenne (UE) ont débuté mardi une visite dans le pays afin d'évaluer si les mesures d'austérité appliquées par Athènes sont suffisamment efficaces pour remettre de l'ordre dans ses finances.

Sauf reprise retentissante de la croissance ou manne exceptionnelle issue des privatisations, la Grèce ne devrait pas être en mesure de financer sa dette, laissant augurer d'une possible restructuration.

L'hypothèse d'une restructuration recouvre plusieurs options, comme par exemple une décote ou un rééchelonnement du remboursement de la dette.

Georges Papanconstantinou a toutefois écarté mardi l'hypothèse d'une restructuration, jugeant ce scénario catastrophique.

Une restructuration ne manquerait pas d'affoler les détenteurs de la dette grecque, parmi lesquelles figurent d'importantes banques allemandes et françaises, ainsi que la Banque centrale européenne (BCE).

Au total, 70% de la dette de la Grèce est détenue par des institutions étrangères.

Les rendements de la dette grecque à deux ans évoluent désormais à environ 25%, un niveau insoutenable pour les finances grecques.

Andreas Rinke et Georges Georgiopulos, Catherine Monin pour le service français, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...