Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les pays émergents prêts à apporter leurs milliards au fmi

Marché : Les pays émergents prêts à apporter leurs milliards au fmi

Les pays émergents prêts à apporter leurs milliards au fmiLes pays émergents prêts à apporter leurs milliards au fmi

par Lidia Kelly et Lesley Wroughton

WASHINGTON (Reuters) - Les grandes puissances émergentes semblaient prêtes vendredi à augmenter les ressources du Fonds monétaire international pour lutter contre la crise de la zone euro même si le Brésil a exigé en contrepartie un renforcement de leurs droits de vote au FMI.

Selon la Russie, les pays émergents et développés du G20 sont prêts lors de leur réunion vendredi à engager suffisamment de fonds pour répondre à la demande de 400 milliards de dollars de ressources supplémentaires exprimée par Christine Lagarde, la directrice générale du FMI

"Croyez-moi, le G20 s'engagera sur un montant final qui corresponde aux souhaits de la direction du FMI", a déclaré le vice-ministre des Finances russe, Sergueï Stortchak.

Les pays européens et le Japon ont déjà accepté d'apporter 320 milliards de dollars au FMI et, selon un diplomate international, les pays émergents devraient apporter de leur côté plus de 100 milliards.

La contribution de la Chine devrait être a priori de 60 milliards de dollars, soit le même montant que le Japon, celle de l'Arabie saoudite serait légèrement inférieure à ce montant tandis que la Russie et le Brésil apporteraient chacun entre 10 et 20 milliards.

Christine Lagarde a rappelé une nouvelle fois jeudi que la zone euro restait "l'épicentre du risque potentiel" pour une reprise économique mondiale "timide et fragile".

La directrice générale du FMI a déclaré qu'elle pensait conclure un accord sur les ressources du Fonds lors des réunions du FMI et de la Banque mondiale ce week-end.

Mais selon le Brésil, le FMI doit toutefois tenir compte du poids croissant des économies émergentes dans son fonctionnement, jugeant trop lents les progrès réalisés en la matière. Les pays émergents souhaitent que le communiqué du G20 aborde également la question de la reconnaissance d'un rôle accru des émergents.

LIMITER LE POUVOIR DES EUROPÉENS AU FMI

"Ce que nous voulons et demandons à chaque réunion, c'est que cet engagement soit réaffirmé", a déclaré jeudi le ministre brésilien des Finances, Guido Mantega, à l'issue d'une réunion des "Brics" (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud).

Le Canada juge également excessif le poids des Européens au sein du FMI, de surcroît dirigé par une Française.

Ottawa demande ainsi deux votes séparés lorsque le FMI doit se prononcer sur l'utilisation de ses ressources : l'un de la part des pays membres de la zone euro, l'autre des pays non membres, ceci afin de limiter le poids des pays européens sur les sujets concernant la zone euro où ils peuvent être considérés comme juge et partie.

"Dans la mesure où le principal défi est la question de la crise de la dette souveraine de la zone euro et que les pays de la zone euro demandent aux autres pays d'augmenter à cet effet les ressources du FMI, nous pensons qu'il doit y avoir deux votes", a déclaré Jim Flaherty, le ministre des Finances canadien.

Même si un accord de principe semble acquis sur le versement de ces nouvelles ressources, certains diplomates observent qu'un accord final pourrait toutefois n'être signé que lors du prochain sommet du G20 en juin.

Avec la contribution de Jean-Michel Bélot pour la version française, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...