Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

Marché : Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

Les pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bceLes pays-bas veulent proposer nout wellink à la tête de la bce

AMSTERDAM/ROME/LONDRES (Reuters) - Le ministre des Finances néerlandais Jan Kees de Jager a déclaré dimanche qu'il était prêt à proposer la candidature de Nout Wellink à la présidence de la Banque centrale européenne (BCE) que quittera Jean-Claude Trichet à la fin du mois d'octobre.

Axel Weber, président sortant de la Bundesbank, a été présenté pendant des mois comme le favori pour reprendre le poste, mais ce dernier a dit il y a un mois qu'il ne le briguerait pas.

"Le favori venu d'Allemagne s'est retiré du jeu. Ce dernier s'ouvre à nouveau. Le premier président de la BCE était un Néerlandais, (Wim) Duisenberg et maintenant il y a un Français. Il serait étrange d'avoir à nouveau un Néerlandais, en même temps, (Wim) Duisenberg avait eu un mandat tronqué", a déclaré Jan Kees de Jager, lors d'une émission à la télévision néerlandaise.

A la fin du mois dernier, Nout Wellink, qui dirige actuellement la banque centrale néerlandaise, avait dit qu'il songerait "sérieusement" à la présidence de la BCE s'il était invité à se porter candidat.

Depuis le retrait d'Axel Weber, l'Italien Mario Draghi est considéré comme le favori pour succéder à Jean-Claude Trichet.

Mais certains, sans pouvoir le dire publiquement, sont réticents à voir la BCE être dirigée par un pays du sud de l'Europe, d'autant que l'Italie a l'un des taux d'endettement les plus élevés de la zone euro.

Les adversaires de Mario Draghi conviennent qu'ils n'ont toutefois que peu d'arguments à opposer à une candidature de Mario Draghi à la tête de la BCE...si ce n'est son passage chez Goldman Sachs entre 2002 et 2006.

La banque d'affaires américaine est en effet, avec d'autres, associée à la prise de risques inconsidérés du secteur bancaire, qui ont conduit en 2008 à l'éclatement de l'une des pires crises financières de l'histoire récente.

"Je ne pense pas que quelqu'un puisse dire précisément ce que Mario Draghi a fait chez Goldman Sachs. Mais la banque d'investissement est maintenant associée à la crise financière, aux subprime et à un excès de risques", a noté Giada Giani, analyste chez Citigroup.

Gilbert Kreijger, Gavin Jones et Douwe Miedema, Benoit Van Overstraeten pour le service français

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...