Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les objectifs budgétaires de madrid seraient menacés

Marché : Les objectifs budgétaires de madrid seraient menacés

Les objectifs budgétaires de madrid seraient menacésLes objectifs budgétaires de madrid seraient menacés

par Robert Hetz

MADRID (Reuters) - Le gouverneur de la Banque d'Espagne, qui vient de démissionner en pleine crise du secteur bancaire, a défendu mercredi son bilan et mis en garde contre le risque de voir le gouvernement ne pas remplir ses objectifs budgétaires cette année.

Miguel Angel Fernandez Ordonez a annoncé mardi qu'il quitterait son poste le 10 juin, avant le terme de son mandat de six ans, après avoir été mis en cause par des membres du gouvernement qui lui ont imputé la responsabilité de la crise du secteur bancaire.

"Vous avez vu la campagne de diffamation contre la Banque d'Espagne, disant qu'elle n'a pas su surveiller (les banques) Je crois que nous devons donner notre version de l'histoire", a déclaré Miguel Angel Fernandez Ordonez à la presse à l'issue d'une réunion budgétaire au Sénat.

La banque centrale est accusée de ne pas avoir contrôlé la crise bancaire engendrée par les milliards d'euros de créances douteuses résultant de l'éclatement de la bulle immobilière en 2008, crise qui menace désormais de pousser Madrid à faire appel à un plan de sauvetage.

Selon une source proche du dossier, le gouverneur a décidé de démissionner après s'être vu refuser par le gouvernement de Mariano Rajoy le droit de se défendre devant le Parlement et parce qu'il s'est senti humilié par la décision du gouvernement d'ordonner un audit indépendant du système bancaire.

Mercredi, Miguel Angel Fernandez Ordonez n'a pas laissé passer l'occasion de rendre la politesse au gouvernement.

HAUSSE DE LA TVA ?

"Il y a un risque que les recettes fiscales diminuent en 2012", a déclaré le gouverneur démissionnaire, estimant que les dépenses publiques risquent aussi d'être plus fortes qu'anticipé. En réaction, a-t-il dit, Madrid pourrait décider une hausse de la TVA pour 2013.

La hausse de la TVA est une des recommandations formulées mercredi par la Commission européenne pour permettre à l'Espagne d'accroître ses recettes, aux côtés d'une taxe sur le carburant et d'une réduction des niches fiscales.

L'Espagne doit trouver 19 milliards d'euros pour recapitaliser Bankia, la quatrième banque du pays, et voler au secours des régions autonomes à court de liquidités.

Le gouvernement devrait dévoiler vendredi un nouveau mécanisme pour financer les régions selon des conditions très strictes.

Le ministre de l'Economie, Luis De Guindos, a par ailleurs annoncé mercredi que la recapitalisation de Bankia se ferait via le fonds de restructuration bancaire (Frob), mais celui-ci devra émettre des obligations car il ne dispose en ce moment que d'environ quatre milliards d'euros de fonds disponibles.

Cette opération s'annonce donc très coûteuse, le rendement de l'obligation souveraine espagnole à dix ans ayant atteint 6,54%, tout près du niveau auquel la Grèce et l'Irlande ont dû se résoudre à des plans de sauvetage internationaux.

Le ministère de l'Economie a précisé mercredi ne pas avoir consulté la Banque centrale européenne au sujet de la recapitalisation de Bankia.

Avec Nigel Davies, Carlos Ruano et Julien Toyer, Natalie Huet et Tangi Salaün pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...