Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les marchés européens indécis après une matinée en dents de scie

Marché : Les marchés européens indécis après une matinée en dents de scie

Les marchés européens indécis après une matinée en dents de scieLes marchés européens indécis après une matinée en dents de scie

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes sont étroitement irrégulières, après une matinée en dents de scie, prises entre la tentation d'achats à bon compte après quatre séances de baisse d'affilée et une série d'indicateurs économiques ayant réveillé les inquiétudes sur la croissance mondiale, ainsi qu'une adjudication de Bunds allemands qui a attiré une faible demande.

Vers 12h30, l'indice paneuropéen EuroStoxx 50 gagne 0,19%, alors que le Dax allemand gagne 0,53%, le FTSE britannique cède 0,22%.

À Paris, l'indice CAC 40 est lui aussi hésitant (+0,13% à 2.869,20 points).

Les valeurs cycliques, notamment les produits de base (-0,6%) et l'automobile (-0,7%), essuient les plus fortes baisses sectorielles en Europe, affectées tout particulièrement par la série de mauvaises nouvelles sur la conjoncture économique mondiale.

De son côté, Dexia rebondit de 5,9% alors qu'une source au ministère de l'Economie français a déclaré qu'il n'était pas question de renégocier l'accord conclu en octobre sur les modalités du démantèlement de la banque franco-belge, après des informations de presse dans ce sens.

Axa (+2,7%) affiche la plus forte hausse de l'indice paneuropéen Stoxx 50. Son PDG Henri de Castries a déclaré que le groupe d'assurances n'était pas fragilisé par la crise actuelle et la performance et le bilan du groupe restent solides.

Du côté des indicateurs macroéconomiques, après une révision à la baisse du PIB américain et une contraction de l'activité industrielle chinoise, la zone euro a annoncé une chute des commandes à l'industrie en septembre, ainsi qu'une contraction de l'activité dans le secteur privé en novembre, tout comme en France et en Allemagne.

L'euro est quant à lui tombé à un plus bas de plus de six semaines face au dollar en réaction à une demande faible à l'adjudication d'emprunts d'Etat à 10 ans allemandes - seulement 3,644 milliards d'euros alors qu'elle espérait en lever 6 milliards.

Juliette Rouillon pour le service français, avec Alexandre Boksenbaum-Granier, édité par Jean Décotte

Copyright © 2011 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...