Bourse > Actualités > Points de marché > Marché : Les marchés européens finissent en nette baisse

Marché : Les marchés européens finissent en nette baisse

Les marchés européens finissent en nette baisseLes marchés européens finissent en nette baisse

PARIS (Reuters) - Les Bourses européennes ont fini en nette baisse vendredi, affectées par des chiffres de l'emploi décevants aux Etats-Unis ainsi qu'une nette détérioration dans les services en Europe.

À Paris, l'indice CAC 40 a terminé en baisse de 1,90% à 3.161,97 points. Le Footsie britannique a perdu 1,93% et le Dax allemand 1,99%, alors que l'indice paneuropéen FTSEurofirst 300 a reculé de 1,65%. Le CAC 40 a reculé de 3,19% sur l'ensemble de la semaine.

Le rythme des embauches a ralenti aux Etats-Unis au mois d'avril pour le troisième mois consécutif, mais le taux de chômage a reculé, pour revenir à un plus bas de plus de trois ans, brossant un tableau mitigé du marché du travail américain.

"Les attentes étaient trop fortes par rapport à la croissance actuelle. Avec le taux de croissance actuel, le niveau des créations d'emploi se situe autour de 110-115.000. Ce sont donc surtout les anticipations qui n'étaient pas très raisonnables", a souligné Arnaud Poutier, directeur général adjoint d'IG Markets France.

Parallèlement, en zone euro la situation dans le secteur des services s'est dégradée beaucoup plus nettement que prévu le mois dernier, laissant penser que la récession ambiante pourrait se prolonger jusqu'à la fin du premier semestre.

Les investisseurs sont en outre prudents avant les élections en Grèce et en France dimanche, qui pourraient avoir un impact décisif sur la poursuite des politiques d'austérité en Europe.

L'euro a reculé face au dollar après des indicateurs PMI décevants en zone euro et sous pression avant les élections en France et en Grèce. La déception sur l'emploi aux Etats-Unis a finalement pesé encore davantage sur la devise européenne, victime du courant d'aversion au risque, après avoir brièvement rebondi juste après les chiffres.

Les valeurs cycliques ont été les plus frappées, avec un recul de 3,89% de l'indice sectoriel des produits de base et de 3,57% de l'automobile, tandis que les défensives ont mieux résisté, à l'image de Veolia Environnement (+0,43%).

Les bancaires (-0,56%), très affectées la veille par le statu quo de la Banque centrale européenne, ont également résisté.

Juliette Rouillon, édité par Danielle Rouquié

Copyright © 2012 Thomson Reuters

Je donne mon avis

TÉLÉCHARGEZ GRATUITEMENT L’APPLI
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...